50' inside : Alexandra Lamy : les hasards rigolos de ses premiers castings

Voir le site 50' inside

Alexandra Lamy
Par Lorelei BOQUET-VAUTOR|Ecrit pour TF1|2016-02-27T20:44:57.926Z, mis à jour 2016-02-27T22:35:10.159Z

Elle est l’une des actrices les plus populaires de sa génération. Juste avant que le public ne la retrouve sur TF1 dans un nouveau téléfilm, Alexandra Lamy a raconté les événements marquants de sa carrière à Nikos Aliagas.

A partir du 7 mars prochain, les spectateurs de TF1 retrouveront Alexandra Lamy dans Après moi le bonheur. L’histoire vraie et émouvante de Marie-Laure Picat, une mère de famille qui, parce qu’elle se sait condamnée par une grave maladie, fait en sorte de profiter au maximum de ses derniers mois à vivre avec ses enfants, et tente le tout pour le tout afin qu’ils continuent à grandir ensemble.   

Mais avant de devenir l’actrice populaire que l’on connait, Alexandra Lamy a dû en passer par pas mal de galères et par la difficile épreuve des castings. En exclusivité pour 50 Mn Inside, elle revient, auprès de Nikos Aliagas, sur les rencontres qui ont marqué sa carrière, et notamment ses premières auditions, pour lesquelles elle n’a pas manqué d’audace.

En 1994, la jeune actrice, fraîchement débarquée de son sud natal, n’hésite pas à s’inviter dans un casting lancé par Michel Galabru, alors en quête d’une jeune femme pour jouer sa fille dans sa prochaine pièce, La Poule aux Œufs d’Or. Pourtant, sentant que son auditoire ne l’écoute pas vraiment, elle réapparait le lendemain pour retenter sa chance. Bien-entendu, le comédien la reconnait et c’est cette audace qui va lui plaire et fera qu’il lui offre le rôle.

Après avoir fait ses armes quelques années sur les scènes de théâtre à Paris et en province, c’est à la télévision qu’Alexandra Lamy entend bien percer. Elle tente alors le casting de ce qui s’annonce comme la mini-série événement de la fin des années 90, Un gars, une fille. Mais là encore, c’est par deux fois que l’actrice devra faire ses preuves à l’audition, sentant que la première prise ne l’avait pas montrée sous son meilleur jour. Voilà pourquoi, non sans humour, elle explique à Nikos Aliagas que chez elle, la seconde fois est toujours la bonne.