50' inside : Donald Trump : les stars réagissent à l’arrivée du nouveau président américain

Voir le site 50' inside

Michael Moore en guerre contre Donald Trump
Par Lorelei BOQUET-VAUTOR|Ecrit pour TF1|2017-01-21T21:07:24.657Z, mis à jour 2017-01-21T22:04:55.015Z

Hier vendredi, avait lieu l’investiture officielle de Donald Trump en tant que président des Etats-Unis. Un rêve pour l’ancien magnat de l’immobilier, un cauchemar pour le tout Hollywood.

« Je ne veux même pas penser aux dégâts qu’il va faire sur la planète » se lamentait hier Michael Moore, le réalisateur américain de documentaires engagés. « Nous sommes une nation d’immigrés », clamait à son tour Julianne Moore, qui se désolait de la guerre qui compte faire Donald Trump à tous les étrangers vivant aux Etats-Unis. Ces deux célébrités, comme de nombreuses autres et des anonymes, s’étaient rendus à New York pour manifester devant la fameuse Trump Tower, au moment même où son propriétaire, était investit en tant que 45e président des Etats-Unis. Leur but à court terme : faire démissionner l’ancien magnat de l’immobilier. 


Repost @brynmooser. Anti-Trump protest outside Trump Tower right now. 💪❤💪

Une photo publiée par Olivia Wilde (@oliviawilde) le

Il y a quelques semaines à peine, la super-star Meryl Streep prenait elle-aussi position contre Donald Trump en prononçant un discours à charge contre lui, lui reprochant de s’être moqué sans vergogne d’un journaliste handicapé. Un speech poignant qui a été repris en quelques heures par de nombreux média du monde entier et relayé sur les réseaux sociaux. Décidément, entre le Trump et les stars la guerre est bel et bien déclarée…

Slay, #MerylStreep, slay • “There was one performance this year that stunned me. It sank its hooks in my heart. Not because it was good; there was nothing good about it ... It was that moment when the person asking to sit in the most respected seat in our country imitated a disabled reporter. Someone he outranked in privilege, power and the capacity to fight back. It kind of broke my heart when I saw it, and I still can’t get it out of my head, because it wasn’t in a movie. It was real life. And this instinct to humiliate, when it’s modeled by someone in the public platform, by someone powerful, it filters down into everybody’s life, because it kinda gives permission for other people to do the same thing. Disrespect invites disrespect, violence incites violence. And when the powerful use their position to bully others, we all lose ... This brings me to the press. We need the principled press to hold power to account, to call him on the carpet for every outrage. That’s why our founders enshrined the press and its freedoms in the Constitution. So I only ask the famously well-heeled Hollywood Foreign Press and all of us in our community to join me in supporting the Committee to Protect Journalists, because we’re gonna need them going forward, and they’ll need us to safeguard the truth." • "As my friend, the dear departed Princess Leia, said to me once," she said, "take your broken heart, make it into art." • #ArtMatters

Une photo publiée par Sophia Bush (@sophiabush) le

Un manque de soutien de la part des stars que Donald Trump a clairement pu ressentir alors qu'il préparait les cérémonie autour de son investiture. Lors de l'habituel concert donné la veille de l'événement, alors que Barack Obama s'était offert la présence de U2, l'actuel président n'a réussi à convaincre qu'un petit groupe de country. Et alors que Beyoncé avait chanté l'hymne national lors du second mandat du 44e président des Etats-Unis, le nouveau locataire de la Maison Blanche n'a pu compter que sur la présence de Jackie Evancho, une femme chanteuse de 16 ans connue pour avoir participé à un télé-crochet américain. 

Durant la longue campagne présidentielle, les stars avaient déjà été nombreuses à s’opposer de manière très nette à Donald Trump. Robert De Niro avait tourné un mini-clip en disant tout le mal qu’il pensait de ce dernier, Alec Baldwin n’avait pas hésité à se déguiser pour trainer l’homme en ridicule. Johnny Depp et George Clooney avaient également ouvertement énoncé qu’ils désapprouvaient les positions politiques de Donald Trump, tout en étant persuadés que ce dernier ne pourrait l’emporter contre Hillary Clinton. 

 Fervente supportrice de Barack Obama, Sophia Bush multiplie les publications contre Donald Trump et sa politique depuis l’investiture de ce dernier. La #womenmarch, la marche des femmes ayant lieu actuellement à Washington (elles sont des milliers à manifester pour défendre leurs droits et lutter contre la misogynie du nouveau président), elle n’a eu de cesse d’encourager les autres femmes à se rallier à la cause. 



 Devant cette ferveur hollywoodienne à s’engager contre Donald Trump, ceux qui tentent de temporiser se font vite houspiller. C’est le cas de Nicole Kidman qui, il y a quelques jours expliquait sur la BBC Two qu’elle croyait en la démocratie et que de ce fait, elle estimait « que maintenant qu'il est élu, le pays doit soutenir le président, quel qu'il soit ». Des propos vivement critiqués par les stars et les fans de l’actrice.