Dans l'actualité récente

50' inside : Justin Bieber, ange ou démon ?

Voir le site 50' inside

JUSTIN
Par Sabine BOUCHOUL|Ecrit pour TF1|2017-05-07T11:57:16.085Z, mis à jour 2017-05-07T11:57:17.174Z

Alors qu'il n'a pas encore terminé sa tournée mondiale, Justin Bieber enchaîne les frasques à cause de son comportement parfois violent. Conscient de ses dérapages, le bad boy s'en est excusé.

Depuis sa vidéo postée sur Youtube, alors qu’il était à peine sorti de l’adolescence, Justin Bieber a fait du chemin. Le « baby » à la mèche parfaite est devenu l’idole des jeunes filles, la coqueluche des paparazzis et celui que tout le monde s’arrache. Mais fini, le jeune garçon trop propre sur lui, trop gentil, trop lisse. Avec les années, Justin Bieber a radicalement changé d’image. 

L’homme enchaîne les déboires judiciaires et semble abonné aux pages frasques des magazines people : arrestation, conduite en état d’ivresse, bagarres, insultes et coups… Le Canadien collectionne les sorties de route à mesure que le succès grandit. Alors que sa tournée compte plus d’une centaine de dates, le jeune homme semble être constamment sur le bord de la brèche. Pour les commentateurs, le chanteur donne l’impression de craquer nerveusement et physiquement. « Il est en train de péter les plombs ». Reste à savoir si ce craquage est une intox ou juste une manière d’occuper encore et toujours le terrain médiatique. 

Conscient que ses dérapages pourraient lui nuire et surtout nuire à sa carrière, l’interprète de « What Do You Mean » promet de changer, de s’assagir. Sur Instagram, il postait récemment un message sous forme de mea-culpa à l’attention de ses fans : « Je ne suis pas encore celui que je souhaite être, mais dieu merci, je ne suis plus celui que j’étais. Le meilleur reste à venir ». Le message accompagnait un montage qui mettait côte à côte un mugshot de son arrestation et une photo plus actuelle du jeune homme. Reste à savoir, si ce mea-culpa vient mettre un point final à ses mauvais agissements ou s’il s’agit de nettoyer l’ardoise avant de recommencer.



en savoir plus : Nikos Aliagas