50' inside : Rihanna ronde, et alors ? (VIDEO)

Voir le site 50' inside

RIHANNA
Par Alexis Hache|Ecrit pour TF1|2017-08-05T17:10:32.492Z, mis à jour 2017-08-05T17:10:32.492Z

La star de la pop s’est affichée avec des formes généreuses, suscitant de nombreuses réactions. « 50’ Inside » est revenu sur les critiques dont elle a fait l’objet.

Tout a commencé avec une photo prise lors d’une soirée par un paparazzi. Rihanna, la star de la pop et du R’n’B, y apparaissait beaucoup plus ronde que d’habitude et n’hésitait pas à dévoiler ses nouvelles formes généreuses. Immédiatement après la diffusion de ce cliché, Rihanna a été victime de ce que l’on appelle le « fat shaming », c’est-à-dire les moqueries dont sont victimes les femmes rondes.
Pour Frédéric Saldmann, nutritionniste des stars, cette prise de poids peut être une façon de compenser un stress ou juste un retour à un poids normal : certaines personnes parfois en sous-poids et qui n’en peuvent plus se relâchent et retrouvent en quelques semaines leur poids naturel. Pour étayer son raisonnement, il montre deux photos de Rihanna prises à deux moments différents. Sur la première, la star est très mince mais n’a pas l’air épanouie ; sur la seconde, elle affiche ses rondeurs et surtout un sourire radieux, signe de bonheur et d’un bien-être retrouvé.
Quant à Rihanna, elle a elle-même tenu à répondre aux critiques sur les réseaux sociaux en se comparant au rappeur Gucci Mane, plutôt enrobé à ses débuts et qui s’affiche désormais très mince et musclé après un passage par la case prison. « Si vous ne me supportez pas dans ma version 2007 de Gucci Mane, alors vous ne me méritez pas dans ma version 2017 de Gucci Mane. »
La star peut également compter sur le soutien des grandes marques qu’elle représente et pour qui Rihanna a une résonnance mondiale et est une personnalité d’une grande créativité. Sa capacité à assumer son corps et ses nouvelles rondeurs leur plaisent et ils ne souhaiteraient qu’elle change pour rien au monde. Retrouvez leurs réactions dans la vidéo ci-dessous !


en savoir plus : Nikos Aliagas, Sandrine Quetier, Christophe Beaugrand