A la découverte de la région Centre

Voir le site À l'épreuve du goût

PIthivuers
Par Joyce OLABISI|Ecrit pour TF1|2017-08-01T06:00:27.707Z, mis à jour 2017-08-01T06:00:27.707Z

La région Centre regorge de spécialités régionales connues de tous. Découvrez les sans plus attendre !

Le Pithiviers (Beauce et Le Gâtinais)
Gâteau rond à base de crème d’amande, le Pithiviers porte le nom de la ville qui l’a vu naître au XVIIème siècle : Pithiviers, dans le Loiret (région Centre).
Il en existe deux variétés à ne pas confondre :
-    Le Pithiviers feuilleté, une sorte de galette des rois, qui est celui le plus connu
-    Le Pithiviers fondant, qui est recouvert d’un glaçage blanc et de fruits confits.

PIthivuers

©Merle ja Joonas

La tarte Tatin (Sologne) :
Qui ne connaît pas la fameuse tarte créée par les sœurs Tatin à la fin du XIXème siècle selon la légende populaire ? Cette pâtisserie garnie de pommes caramélisées était à l’origine constituée d’une pâte brisée simplement posée sur les dites pommes. Il suffisait ensuite de la cuire (à l’envers, donc), puis de la retourner avant de servir.
Si l’on prête son invention à un oubli de l’une des sœurs Tatin, d’autres affirment que cette histoire a été créée de toutes pièces par le célèbre critique culinaire Curnonsky en 1926.
Quoi qu’il en soit, la tarte tatin est aujourd’hui un dessert légendaire que les plus gourmands accompagnent d’une boule de glace à la vanille ou de crème fraîche.

Tarte tatin

L’andouille de Jargeau :
Cette spécialité est originaire de la commune de Jargeau, dans le département du Loiret. Attention, l’andouille de Jargeau est à distinguer de l'andouillette du même nom ! La différence ? L’andouillette est constituée de chaudins (gros intestin) de porc, tandis que l’andouille comporte de l’épaule et de la poitrine.
L’andouille de Jargeau mesure en général 15 à 20 cm de long et 4 à 5 cm de diamètre.

L'andouille

L’asperge de Sologne :
L’asperge de Sologne est longue, blanche, droite avec une pointe nacrée. Son goût est déterminé par le sol dans lequel il pousse : une terre sableuse la rendra légèrement amère, tandis qu’un sol argileux produira un légume à la saveur plus douce. Elle se récolte en général entre les mois d’avril et de juin.


asperge

©Fotolia_Stefanie Baum

Le crottin de Savignol :
Les hauteurs des collines de Sancerre sont autant plébiscitées par les randonneurs et les cyclistes que par les amateurs de fromages.  C’est dans ces hauteurs que se trouve le village de Chavignol qui donna son nom au fromage de chèvre au lait cru que nous aimons tant : le crottin de Chavignol. 

crottin

©Laurent Perreau

La carpe à la Chambord :
Originaire du Loir-et-Cher, la carpe à la Chambord aurait vu le jour dans les cuisines du château du même nom. La recette a été retrouvée dans l’ouvrage Le Cuisinier Moderne du Chef Vincent La Chapelle, dans les années 1700.
La carpe à la Chambord est une recette mariant une carpe farcie et mijotée dans du vin à des produits locaux prestigieux tels que la truffe, le foie gras ou encore les écrevisses.
Une fois les arêtes ôtées, le poisson est vidé, écaillé puis farci de sa chair et de celle d’une autre carpe, travaillées avec des blancs d’œufs, de la crème ou des champignons. Lardée sur une face, elle est braisée au vin rouge et mélangée à des épices (poivre, clous de girofle), aromates (laurier, thym, persil), rondelles d’oignon, dans une poissonnière garnie de truffes, de quenelles de poisson, de quelques écrevisses et de foies gras de volaille.

La friture de goujons :
Petit poisson de rivière d’une quinzaine de centimètres, le goujon est apprécié frit et croustillant après avoir été plongé dans du lait ou de la bière, de la farine, du sel et du poivre.
L’origine de ce met typique de la région de la Seine et Marne remonte au XIXème siècle. Il était servi dans des guinguettes et des bals populaires avec du citron, du persil, du pain et du vin blanc. 

Aujourd’hui, la chair fine du goujon est appréciée même dans des restaurants chics et sa friture se retrouve aussi bien en Île-de-France qu’en région Centre.

friture