100 millions de voitures concernées par une faille de sécurité

Voir le site Automoto

Volkswagen e-Golf Logo 2015
Par Marie LIZAK|Ecrit pour TF1|2016-08-11T16:00:29.981Z, mis à jour 2016-08-12T10:03:06.136Z

Des chercheurs ont découvert une faille de sécurité, permettant de déverrouiller les portes à distance, qui pourrait toucher plus de 100 millions de véhicules à travers le monde, notamment chez Volkswagen, mais aussi Renault, Peugeot et Citroën.

Une faille de sécurité pourrait toucher plus de 100 millions de véhicules.


Contournement des systèmes de sécurité

C’est un nouveau coup dur pour Volkswagen, déjà fortement impacté par le scandale du Dieselgate de l’année dernière et qui peine à voir le bout du tunnel face aux nombreuses amendes et enquêtes des divers pays touchés. En effet, le constructeur est désormais concerné par une importante faille permettant à des voleurs de contourner les systèmes de sécurité d’anciennes clés afin d’ouvrir des véhicules à distance. En cause, un nombre insuffisant de mots de passe différents, ce qui rendrait les clés plus simple à pirater.

Selon une source proche des forces de l’ordre allemandes, une enquête serait actuellement en cours à propos d’un vol de voiture, le procédé utilisé pouvant laisser penser à l’exploitation de cette faille dans le système de sécurité. Néanmoins, selon le quotidien Süddeutsche Zeitung, le nombre de vols serait en nette recrudescence outre-Rhin.


Les constructeurs français également touchés

Si Volkswagen est le plus concerné par cette faille de sécurité, ainsi que les autres marques du groupe, notamment Seat, Audi et Skoda, d’autres constructeurs seraient également touchés. Parmi les français, aucun n’est épargné, notamment Peugeot et sa 207, Citroën avec ses Nemo et Jumper ou encore Renault et plus particulièrement ses Twingo et Clio. A l’étranger, on peut citer la Ford Ka, le Nissan Qashquai ou encore les Opel Astra et Corsa ainsi que les Fiat Punto et Panda.

Déjà sous le feu des critiques en raison du scandale des véhicules truqués, Volkswagen, interrogé par les médias a admis que « les systèmes de sécurité des véhicules âgés de jusqu'à 15 ans ne présentent pas le même niveau de sécurité que ceux 
(des) véhicules actuels". Pour l’instant, le groupe n’a pas annoncé de quelconque stratégie pour lutter contre cette faille, qui risque de créer la panique chez les propriétaires des véhicules concernés.