24 h du Mans 2015 : Bamber, Hulkenberg et Tandy sous le feu des projecteurs

Voir le site Automoto

WEC   24h du Mans 2015   course   Audi (2)
Par Stéphanie OLIVERO|Ecrit pour TF1|2015-06-14T17:02:09.408Z, mis à jour 2015-06-14T17:17:33.245Z

Earl Bamber, Nick Tandy et Nico Hulkenberg ont inscrit leur nom ce dimanche au palmarès des 24 heures du Mans. Qui sont-ils ? Comment ont-ils hissé leur Porsche sur la plus haute marche du podium ? Retour sur la course de cet équipage.

Les 24 heures du Mans : une épreuve mythique que tout pilote rêve un jour de remporter. C’est chose faite pour Bamber, Tandy et Hulkenberg… pourtant le trio n’avait pas une grande expérience de ce tracé sur le papier.

Une course sage en dépit de leur jeunesse

Parmi ces trois pilotes, Nick Tandy était d’ailleurs le seul à avoir déjà disputé cette course auparavant. Le Britannique, pur produit de la filière Porsche, avait couru en 2011 et plus récemment en 2014, pour le compte des teams Felbermayr Proton et Manthey engagés en GTE Pro. Le vainqueur de la Porsche Supercup 2012, restait sur une 7e place mais cette année il s’attaquait à la conduite d’une LMP1 qui diffère totalement de celle d’une Porsche 911 RSR. Son coéquipier Earl Bamber, formé lui aussi au sein du clan Porsche, découvrait quant à lui cette épreuve du haut de ses 24 ans, tout comme un certain Nico Hulkenberg. Et pour sa première participation, le pilote Force India n’a eu aucun mal à s’adapter… de quoi donner des idées peut-être à ses petits camarades en Formule 1 ?!

Malgré son jeune âge, l’équipage de la 919 n°19 a fait preuve d’une très grande maturité. Souvenez-vous, Nick Tandy s’était accroché avec une GT aux 6h de Spa-Francorchamps - incident qui l’avait repoussé en 6e position – mais cette fois ses coéquipiers et lui n’ont commis aucune erreur… contrairement à leurs adversaires. On pourrait citer ce Stop & Go dont la n°17 a écopé pour dépassement sous drapeau jaune, ce tout droit de son autre voiture soeur ou encore cette violente sortie de piste de l’Audi n°8, qui était arrivée à hauteur d’un groupe de GT roulant au ralenti.

Une voiture solide

Mais ce succès, Bamber, Tandy et Hulkenberg le doivent également à leur voiture, qui a gagné en fiabilité depuis l’an passé. En 2014, leur coéquipier Mark Webber avait dû se retirer à 1h30 de l’arrivée, trahi par le moteur de son prototype ; tandis que l’autre 919 échouait au porte du top 10 après avoir connu également de nombreux déboires. Et en début de saison, Porsche n’était pas encore tout à fait au point... preuve en est ce souci de boite à vitesses qui avait contraint Webber – Hartley – Bernhard à l’abandon à Silverstone. Ce week-end en revanche, tous les LMP1 ont pu rallier l’arrivée –si on excepte deux des trois Nissan et la CLM- Et Porsche a été plus épargné qu’Audi… la R18 n°9 a connu des problèmes de freins alors que la n°7 a perdu son capot moteur, outre la crevaison dont elle avait été victime un peu plus tôt.

La météo, autre facteur déterminant dans cette course, a été plutôt clémente et l’équipage de la n°19 a réussi à se frayer un passage dans le trafic. Voici comment Earl Bamber, Nico Hulkenberg et Nick Tandy sont parvenus à déjouer les pièges de ces 24h du Mans.