Dans l'actualité récente

24 Heures du Mans 2015 : Les Audi, Toyota, Porsche et Nissan décryptées

Voir le site Automoto

Audi R18 Porsche 919 Nissan GT-R LM Toyota TS040 2015
Par Matthieu LAURAUX|Ecrit pour TF1|2015-06-03T14:40:14.352Z, mis à jour 2015-06-03T15:02:31.785Z

Une favorite Audi R18 diesel, la championne Toyota TS040 au V8 hybride essence, la Porsche 919 au petit V4 essence et l’outsider Nissan GT-R LM traction/moteur avant de 1.250 ch, le plateau des LMP1 des 24H du Mans est exceptionnel ! Mais quelles sont leurs différences ? Explications.

Cela faisait très longtemps que la catégorie reine de l’endurance (LMP1) n’avait pas été aussi concurrentielle. Après un long duel entre Audi et Peugeot, le retrait de ce dernier début 2012 a laissé le Japonais Toyota défier le quasi-imbattable allemand pour finalement lui chiper le titre mondial en 2014, et Porsche est venu jouer les trouble-fêtes en 2014 avec déjà une victoire aux 6H de Sao Paulo.

En 2015, un nouvel acteur sème l’embuche, mais ne débute que lors des prochaines 24 Heures du Mans, avec directement 3 équipages. C’est Nissan, ayant accumulé une certaine expérience via le projet Deltawing, qui espère être l’outsider avec une architecture très originale. Alors, quelles sont les différences entre les quatre prototypes LMP1 ? Réponse en quelques points clés :


Audi R18 e-tron quattro

Avec une seule défaite en 14 participations depuis 2000, Audi part grand favori pour l’édition 2015 des 24 Heures du Mans. Sa R18 e-tron quattro reste la seule LMP1 à rouler avec un moteur diesel hybride, un V6 4,0 litres délivrant 558 chevaux plus les 272 ch de la partie électrique, soit 830 chevaux au total pour un poids de 870 kg. Assez pour une 14è victoire dans l'épreuve mancelle ?

Voiture n°7 : Marcel Fässler (SUI), André Lotterer (ALL) et Benoît Tréluyer (FRA)
Voiture n°8 : Luca di Grassi (BRE), Loïc Duval (FRA) et Oliver Jarvis (GBR)
Voiture n°9 : Filipe Albuquerque (POR), Marco Bonanomi (ITA) et René Rast (ALL)

Voir les photos de l'Audi R18

Audi-R18-e-tron-quattro-2015-06

Toyota TS040 Hybrid

Une année spéciale pour le constructeur, fêtant les 30 ans de sa première fois aux 24 Heures du Mans. Forte du titre du championnat du monde 2014, la TS040 garde son système V8 hybride essence – le plus bruyant et le plus envoûtant des quatre – de 1.000 chevaux (un moteur électrique arrière et un à l’avant tirant l’énergie de super-condensateurs) mais modifie son aérodynamique, notamment sur l’aileron arrière, capot moteur et la partie avant. Objectif, la première victoire, afin d’essuyer les quatre secondes places de 1992, 1994, 1999 et 2013.

Voiture n°1 : Sébastien Buemi (SUI), Anthony Davidson (GBR) et Kazuki Nakajima (JAP)
Voiture n°2 : Mike Conway (GBR), Stéphane Sarrazin (FRA) et Alexander Wurz (AUT)

Voir les photos de la Toyota TS040

Toyota TS040 LMP1 2015

Porsche 919 Hybrid

Lancée sur les circuits en 2014, la 919 a misé sur un moteur 4 cylindres en V essence 2,0 litres alimentant les roues arrières, beaucoup plus petit que les Audi et Toyota, mais renforcé par deux systèmes de récupération d’énergie (cinétique et thermique) envoyés aux roues avant. Au total, la puissance peut atteindre 1.000 chevaux (dont 500 ch via le V4), Porsche pensant que ses 8 MJ (mégajoules) d’énergie électrique permis par ses batteries lithium-ion et sa consommation d’environ 4,76 litres/tour lui donneront un avantage.

Voiture n°17 : Timo Bernhard (ALL), Mark Webber (AUS) et Brendon Hartley (NZ)
Voiture n°18 : Romain Dumas (FRA), Neel Jani (SUI) et Marc Lieb (ALL)
Voiture n°19 : Nico Hülkenberg (ALL), Earl Bamber (NZ) et Nick Tandy (GBR)

Voir les photos de la Porsche 919

Porsche 919 Hybrid 6H Spa 2015 Essais

Nissan GT-R LM Nismo

La petite originale du lot. Nouvelle arrivante, la GT-R LM mise sur une architecture à moteur avant, mais surtout aux roues avant motrices (traction), une configuration qui n’a jamais gagné au Mans. Mais le Japonais y croit, car le bloc moteur avant, un 3,0 litres V6 couplé à un boîte à seulement 5 rapports (contre 7 pour les autres), lui laisse jouer davantage avec les écoulements d’airs dans l’arrière du prototype. Et petit argument de poids, la puissance totale est communiquée à 1.250 chevaux (pour 870 kg), loin devant ses rivales.

Voiture n°21 : Tsugio Matsuda (JAP), Mark Shulzhitskiy (RUS) et Lucas Ordonez (ESP)
Voiture n°22 : Harry Tincknell (GBR), Mickael Krumm (ALL) et Alex Buncombe (GBR)
Voiture n°23 : Olivier Pla (FRA), Jann Mardenborough (GBR) et Max Chilton (GBR)

Voir les photos de la Nissan GT-R LM

La Nissan GT-R LM Nismo, prototype qui participera au championnat du monde d'Endurance 2015 dans la catégorie LMP1.

Trois LMP1 « secondaires »

N’oublions pas également les trois autres LMP1 engagées, non hybrides et aux performances bien moindres. Comme l’an passé, deux Rebellion R-One seront en piste avec les trios Mathias Beche/Nick Heidfeld/Nicolas Prost et Daniel Abt/Alexandre Imperatori/Dominik Kraihamer, concurrençant la CLM P1/01 du team ByKolles (ex-Lotus) de Pierre Kaffer/Tiago Monteiro/Simon Trummer. 19 LMP2 seront aussi au départ, ainsi que 9 LM GTE Pro (2 Ferrari, 2 Porsche, 2 Corvette et 3 Aston Martin) et 15 LM GTE amateur

Les 15 prototypes LMP1 s’élanceront à partir de mercredi 10 et jeudi 11 juin pour les essais libres et qualificatifs, les 24 Heures du Mans démarrant samedi 13 juin à 15 heures.