Dans l'actualité récente

24 Heures Motos 2016 : BMW en pole position, mais gare à la météo

Voir le site Automoto

CfgrYJdW4AAitch large jpg
Par Maxime CLAUDEL|Ecrit pour TF1|2016-04-09T09:08:18.763Z, mis à jour 2016-04-09T10:28:29.629Z

La BMW officielle partira en pole position des 24 Heures Motos 2016, devant Kawasaki et YART Yamaha, dont le coup d'envoi est donné ce samedi 9 avril à 15 heures.

Des chutes, une météo changeante : il n’en fallait pas beaucoup plus pour assurer - déjà - le spectacle lors des 24 Heures Motos 2016.

BMW en pole

A cause d’une météo caprieuse, les équipes engagées en EWC ne savent pas trop sur quel pied danser. Quoiqu’il en soit, au cumul des deux séances de qualifications, la BMW officielle, comme en 2011 et 2012, a su tirer son épingle du jeu. Le trio, composé des champions du monde 2014 Mathieu Gins et Kenny Forray, et de Lucas Pesek, ont signé le meilleur chrono. Pour le team, l’enjeu sera de taille : gagner pour la première fois dans une course de 24 heures.

Kawasaki et YART Yamaha en embuscade

Vainqueur en 2010, 2011, 2012 et 2013, la Kawasaki du trio Leblanc/Lagrive/Foret n’est pas passée loin de la pole position. Remis de sa chute de la veille, Gregory Leblanc s’est signalé par le meilleur temps absolu mais Fabien Foret, lui aussi, est tombé et reste incertain pour la course. Autre chute, celle d’Ivan Silva au guidon de la YART Yamaha, qui s’élancera finalement de la troisième place.

Gare néanmoins au Suzuki Endurance Team, quatrième chrono, comme le prévient Dominique Méliand, son directeur, « Nous avons fait des qualifications studieuses pour préparer une moto capable de passer la ligne d’arrivée en tête dimanche à 15 h » Le SERT, qui s’était imposé l’an dernier, partira devant le GMT94 Yamaha, touché par la chute sans gravité de Louis Rossi.

La météo sera la clef

Aucune des trois équipes qui partira en tête, ce samedi, à 15h n’était dans le top 5 vendredi soir. Mais, visiblement, c’est la météo qui décidera de tout pendant la course, d’autant qu’on attend de la pluie. Kenny Foray de BMW la craint : « On a fait le forcing en fin se séance en configuration de qualifications quand nous avons vu que Kawasaki avait chuté. Mais nous savons que nous avons encore du travail de réglage sous la pluie. » Même son de cloche chez Lukas Pesek, « C’est surprenant d’être en pole mais mes coéquipiers sont expérimentés, bosseurs et très rapides. Le plus difficile serait pour moi d’assurer les relais de nuit sous la pluie ».