A quoi ressemble la voiture d'occasion moyenne des Français ?

Voir le site Automoto

Arc Triomphe Paris voitures
Par Lucas VINOIS|Ecrit pour TF1|2016-05-17T17:28:02.477Z, mis à jour 2016-05-17T17:28:03.750Z

L’argus publie, pour la deuxième année consécutive, le portrait de la voiture d’occasion moyenne des Français. Et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il connaît une évolution certaine, au niveau du prix notamment.

Calculée sur la base des transactions effectuées par des professionnels à des particuliers - un tiers des transactions d’occasion en 2015 - la voiture d’occasion moyenne des Français témoigne de plusieurs évolutions notables.


Un prix qui pullule...

Si la stagnation est de mise en ce qui concerne les mensurations du véhicule d’occasion moyen des Français, la note, elle, s’envole. Son prix était évalué à 13.656 euros en 2012, contre 14.926 euros en 2015. Cette différence correspond à une augmentation de 3,6 % et ne peut être corrélée avec l’inflation, devenue quasiment nulle ces dernières années. Cependant, cette augmentation s’avère moins significative lorsque nous la comparons à la voiture moyenne neuve : elle est passée de 24 012 euros en 2014, à 25.108 euros l’année suivante, en 2015. Soit un accroissement de 4,6 %. 

...justifié par une revente rapide

Pour comprendre l’augmentation du prix de la voiture d’occasion moyenne en 2015, le kilométrage est un indicateur qu’il faut prendre en compte. Bien que l’âge du véhicule au moment de la transaction a tendance à augmenter (38 mois en 2012 contre 43 mois en 2015), son kilométrage baisse. En effet, il est passé de 16.265 km à 15.818 km en 2015. Cette donnée permet d’expliquer, en partie, la raison pour laquelle le prix du véhicule moyen d’occasion s’est accru.

Le diesel en léger recul

Même s’il occupe toujours une place prépondérante au sein de la voiture moyenne d’occasion, le diesel cède du terrain d’année en année. De 81 % en 2013, il est tombé à 77 % en 2015, soit une chute – légère – de quatre points. Cette baisse devrait se perpétuer dans les années à venir, la vente de véhicules diesel neufs étant descendu en dessous de la barre des 55 % en 2016 (contre 73 % en 2012).

Automoto s'est penché sur la question : faut-il ou non, encore acheter un véhicule à motorisation diesel ?