Accord possible entre les constructeurs et le Congrés US

Voir le site Automoto

[Expiré] capitole congres des etats-unis bis
Par Bertrand QUERNE|Ecrit pour TF1|2008-12-08T19:10:00.000Z, mis à jour 2008-12-08T19:10:00.000Z

La Maison Blanche a jugé lundi "très probable" un accord dans la journée avec le Congrès sur un plan d'aide aux constructeurs automobiles en pleine déconfiture, qui prévoirait une aide publique d'urgence d'environ 15 milliards de dollars.

Le plan octroierait aussi une autorité étendue à l'Etat fédéral sur une restructuration considérable à laquelle procéderaient les trois constructeurs pour s'adapter aux nouvelles exigences du marché et qui serait la condition impérative d'un soutien financier de l'Etat fédéral sur la durée.

"Je pense que c'est très probable", a dit la porte-parole de la Maison Blanche, Dana Perino, au sujet d'un accord dans la journée entre l'administration de George W. Bush et le Congrès, où les adversaires démocrates du président sont majoritaires.
Elle a souligné que l'administration et le Congrès avaient poursuivi leurs efforts au cours du week-end pour sauver General Motors, Chrysler et Ford de la faillite. Elle a parlé, entre les deux parties, d'un "accord sur (les) principes fondamentaux" d'une loi qui serait soumise au vote parlementaire.

"Les discussions de ce week-end indiquent que la loi se rapproche davantage de ce que le président pourrait soutenir", a-t-elle dit. Toute loi qu'adopterait le Congrès réclamerait l'approbation du président. L'administration et le Congrès envisagent actuellement 15 milliards de dollars de prêts d'urgence, a-t-elle dit. Ils proviendraient de 25 milliards que le Congrès a déjà votés en septembre pour aider les constructeurs à adapter leur production.

Les démocrates du Congrès espèrent "un vote en milieu de semaine", a indiqué lundi une source proche des démocrates en faisant état de discussions encore nécessaires avec les républicains. Les constructeurs pourraient commencer à recevoir l'argent dès la semaine prochaine.La porte-parole de la Maison Blanche a pressé le Congrès de lui présenter rapidement le texte.
Elle a aussi rappelé les positions de l'administration: l'aide fédérale à plus long terme est conditionnée à la présentation par les entreprises d'un plan de restructuration "crédible" pour assurer de leur viabilité à long terme. Il s'agit de ne pas investir à fonds perdus l'argent du contribuable dans une situation économique difficile et dans un pays où l'intervention publique dans le secteur privé touche aux principes révérés de la libre entreprise. L'administration propose ainsi que le plan comprenne la création d'un poste de "conseiller à la viabilité financière". Les démocrates sont plutôt favorables à un comité.

Le conseiller proposé par l'administration serait nommé par le président "avec l'autorité de négocier avec les constructeurs automobiles un plan de viabilité crédible", a expliqué Mme Perino. Le gouvernement accorderait ainsi une aide financière à court terme à un constructeur qui la demande, mais le constructeur devrait accepter de négocier avec le conseiller un plan assurant sa viabilité à long terme; à l'expiration du délai pour l'aide à court terme, le conseiller jugerait si le constructeur met effectivement en oeuvre un tel plan; dans l'affirmative, le constructeur pourrait prétendre à davantage d'aide; dans le cas contraire, le conseiller proposerait un autre plan, incluant la possibilité de la mise en faillite, et le constructeur devrait rembourser au gouvernement l'aide à court terme qu'il aurait reçue.

La porte-parole de la Maison Blanche a clairement signalé la possibilité d'un compromis avec le Congrès sur la question du conseiller unique ou du comité. Elle s'est gardée de s'exprimer sur la nécessité que tout plan d'aide soit associé à un départ des patrons des constructeurs, comme le réclame l'éminent démocrate Christopher Dodd.

(avec agences)