Apple inspiré de la BMW i3 pour sa voiture électrique ?

Voir le site Automoto

BMW i3, citadine électrique lancée en novembre 2013 au prix de 27.990 euros, bonus déduit
Par Matthieu LAURAUX|Ecrit pour TF1|2015-07-27T10:56:23.907Z, mis à jour 2015-07-27T11:06:07.462Z

Les rumeurs enflent autour du possible projet de voiture électrique d’Apple. Selon le Manager Magazin, la firme de Cupertino aurait discuté avec BMW pour les technologies employées dans la citadine i3.

Comme avec son service de cartographie et ses voitures lancés dans le monde pour améliorer son « Street View », il est nécessaire pour Apple de coller au rival Google pour rester dans la course à la technologie.



Avec l’aide de BMW ?

Selon le journal allemand <em>Manager Magazin</em>, Apple aurait étudié la question BMW, référence et marque de voitures premium la plus vendues dans le monde. Initialement, à l’automne 2014, le PDG Tim Cook et les plus hauts dirigeants auraient échangé avec le constructeur allemand et son PDG de l’époque, Norbert Reithofer, pour l’utilisation de la plate-forme de l’i3, la citadine électrique.

Le groupe aurait effectué une session dans la sportive hybride rechargeable i8, et auraient visité l’usine de production de la BMW i3 à Leipzig (Allemagne), afin d’étudier la fabrication et notamment la structure de carrosserie en PRFC, plastique renforcé de fibre de carbone.

Cependant les pourparlers se sont terminés sans aucun accord, mais les deux entreprises resteraient ouvertes à des propositions.

Apple peut-il rattraper Google ?

Sur le plan automobile, la firme de Mountain View semble avoir une très nette longueur d’avance, ayant débuté ses essais depuis 6 ans sur base de Toyota Prius et Lexus RX, avant de créer son prototype de citadine électrique autonome (ci-dessous), présenté en 2014, puis testé sur les routes californiennes depuis juin.

Mais chez Apple, le projet « Titan » semble mûrir, après que l’entreprise de Cupertino ait engagé en juillet l’ex-directeur de la qualité de Fiat Chrysler, Doug Betts, selon le Wall Street Journal, ainsi que Paul Furgale, « l’un des meilleurs chercheurs en voiture autonome en Europe ».

La firme avait été également accusée d’avoir recruté illégalement des employés d’une entreprise de batteries, renforçant l’idée du projet de voiture électrique.