Après une saison de maître en Moto2, Zarco est prêt pour le grand saut

Voir le site Automoto

Johann Zarco (Ajo Motorsport)
Par Julien PEREIRA|Ecrit pour TF1|2016-11-15T10:10:48.460Z, mis à jour 2016-11-15T10:10:51.087Z

Johann Zarco a bouclé une saison de haut-vol par une victoire pleine de maîtrise lors du Grand Prix de Valence. Et a prouvé, une dernière fois, qu’il est prêt pour se frotter à Valentino Rossi, Jorge Lorenzo, Marc Marquez et les autres.

Le pilote tricolore a remporté le dernier Grand Prix de la saison et s'apprête désormais à intégrer la MotoGP

[EN 2012, AUTOMOTO VOUS AVAIT FAIT DECOUVRIR JOHANN ZARCO]


Avant d’intégrer la catégorie reine, Johann Zarco a donné une dernière leçon en classe intermédiaire. Dimanche, à Valence, il a démontré une dernière fois que le costume de pilote Moto2 était trop serré pour lui. Auteur du hat-trick à Cheste (pole, meilleur tour en course et victoire), le Français a brillamment terminé une saison qui ressemblait fort au piège en janvier dernier. Parce qu’avant lui, aucun pilote n’avait aligné deux titres dans cette catégorie. Le Cannois l’a fait en établissant un bilan statistique ahurissant : 10 podiums, 7 victoires et autant de pole.


Pilote polyvalent

Mais le Cannois n’a pas seulement convaincu par les chiffres. Il a surtout fait l’unanimité auprès de l’ensemble des observateurs par ses capacités d’analyse, de gestion, de régularité et, bien évidemment, de rapidité. A Cheste, il a profité de ces deux derniers critères pour résister à toutes les offensives de ses rivaux Franco Morbidelli (Estrella Galicia Marc VDS), Alex Rins (Paginas Amarillas HP40) et Thomas Lüthi (Garage Plus Intewetten). Il les a parfois battus à l’usure, comme en Malaisie, ou à l’agressivité, comme lors de la manche autrichienne en août.  


Passage en douceur

En cinq ans, le protégé de Laurent Fellon a considérablement marqué la catégorie Moto2. Il a intégré le Top 3 des pilotes ayant cumulé le plus de podiums (30 au total), a conquis 15 victoires et autant de pole, soit une de moins que les recordmans Marc Marquez (16 succès) et Tito Rabat (16 positions de pointe). De quoi rendre incontestable son accession en MotoGP, où il a rejoint l’écurie satellite française Yamaha Tech3 pour effectuer cette transition délicate dans les meilleures conditions. Avant de courtiser, pourquoi pas, le guidon officielle de la marque japonaise qui sera bientôt délaissé par Valentino Rossi.