Après Volkswagen, Fiat-Chrysler l'épisode II du DieselGate ?

Voir le site Automoto

Jeep Grand Cherokee 2016
Par Matthieu LAURAUX|Ecrit pour TF1|2017-01-12T17:19:16.505Z, mis à jour 2017-01-12T19:00:57.655Z

Suivant l’affaire de Volkswagen démarrée en septembre 2015, le groupe Fiat Chrysler Automobiles a été accusé d’avoir placé un logiciel non déclaré dans les moteurs diesel 104.00 véhicules vendus aux Etats-Unis.

Dans le viseur de plusieurs pays depuis la révélation du DieselGate de Volkswagen, Fiat-Chrysler entre officiellement dans la tempête ce 12 janvier 2017.


Fiat Chrysler dans la tourmente

Comme un écho du 18 septembre 2015 avec Volkswagen, l’EPA, Agence de Protection de l’Environnement américaine, a accusé le constructeur automobile Fiat Chrysler (FCA) pour “avoir violé le Clean Air Act en installant et omettant de divulguer un logiciel de gestion de moteur”.

Précisément, ce sont 104.000 exemplaires qui sont concernés, regroupant deux modèles pointés du doigt, les Jeep Grand Cherokee et Dodge RAM 1500, modèles 2014 à 2016, équipés de moteurs diesel 3,0 litres”. Cette accusation ne concernent que les Etats-Unis pour le moment, mais le SUV Jeep est également vendu en Europe et donc en France avec la même motorisation.

Actuellement, il n’est pas question d’une logiciel de fraude, mais de l’omission de la déclaration d’un logiciel modifiant les émissions d’oxyde d’azote (NOx) du moteur dans certaines conditions. Si cette erreur peut être sanctionné lourdement, elle ne confirme en aucun cas que Fiat Chrysler ait triché comme l’avait fait et avoué Volkswagen, bien que cela soit suggéré. Les logiciels de ce dernier avait pour but spécifique de frauder lors des tests d’homologations, afin de cacher que ses diesel avaient des taux de NOx jusqu’à 40 fois plus élevé que la limite.

Fiat Chrysler a répondu par un communiqué, se déclarant "déçu que l'EPA ait choisie d'émettre un avis de fraude", assurant que "ses véhicules à motorisation diesel [et] son système de contrôle des émissions se plient aux règles en application."

Le RAM 1500"EcoDiesel" 2016


RAM 1500 EcoDiesel 2015

Une accusation grave

Encore une fois, un constructeur est propulsé dans une tempête qui va durer. Car aux Etats-Unis, mentir est un acte beaucoup plus sévèrement pris au sérieux que chez nous, comme le rappelle l’EPA : “En cachant ce logiciel affectant les émissions dans un moteur de voiture est une sérieuse violation de la loi, qui peut résulter en la dangerosité de la pollution de l’air que nous respirons”.

La porte-parole de l’agence, Cynthia Giles, conclut : “Nous poursuivrons à notre enquête sur la nature et l’impact de ces dispositifs. Tous les constructeurs doivent respecter les mêmes règles, et nous continuerons à cibler les entreprises responsables ayant un avantage compétitif injuste et illégal. Encore une fois, un constructeur automobile majeur a pris la décision d’échapper aux règles et a été pris la main dans le sac”.


Jeep Grand Cherokee modèle 2016


Jeep Grand Cherokee 2016 - vue arrière


18 mois après, Volkswagen paie encore le prix

Volkswagen, qui avait été accusé pour plus de 440.000 véhicules aux Etats-Unis (et 11 millions au total dans le monde), a payé pour l’heure plus de 22 milliards d’euros d’amende, sans compter les différentes poursuites dans de nombreux autres pays. 


Son PDG Martin Winterkorn avait démissionné 1 mois plus tard, en octobre 2015, avant que les principaux dirigeants ne soient poussés vers la sortie. Le groupe allemand a entamé depuis un virage vers l’électrique, multipliant ses ambitions à l'image du dernier concept I.D. Buzz, bien que les nouveautés concrètes ne soient pas disponibles avant 2018, au mieux.