Dans l'actualité récente

Audi, Alfa Romeo, Aston Martin, Bugatti et Lamborghini de retour en F1 ?

Voir le site Automoto

Sean Bull Design imagine les F1 de 2017
Par Xavier BEAL|Ecrit pour TF1|2017-03-24T13:15:30.984Z, mis à jour 2017-03-24T13:15:32.168Z

Le célèbre designer Sean Bull rêve de voir tous les grands constructeurs en Formule 1. Du coup, il a imaginé le look des Formule 1 de cinq constructeurs et le résultat est très alléchant.

Audi, Alfa Romeo, Aston Martin, Bugatti et Lamborghini. Cinq noms qui font rêver les amoureux de l'automobile. Mais les passionnés de Formule 1 aimeraient bien voir ces cinq constructeurs avoir une écurie de Formule 1.

Parmi eux, le célèbre designer britannique Sean Bull. Après avoir imaginé une Bugatti F1 de 2020, il est de retour en proposant les versions 2017 d'Audi, Alfa Romeo, Aston Martin, Bugatti et Lamborghini. On vous laisse découvrir le résultat et on espère que les constructeurs franchiront le pas ! On en profite également pour faire le point sur les rumeurs les concernant.

Audi songeait à la F1…

Avant son retrait du WEC en 2016, Audi dominait outrageusement cette discipline. A plusieurs reprises, le constructeur allemand s'est posé la question de venir en Formule 1. En octobre 2014, la marque aux anneaux avait même publié un démenti ! Mais en 2015, lorsque Red Bull n'était pas satisfait du moteur Renault, une grosse rumeur faisait était d'un futur partenariat entre Audi et la marque de boisson

Mais l'association Red Bull-Audi n'a pas vu le jour et le constructeur allemand s'est même dirigé vers la Formule E ! Pour certains observateurs, il s'agit peut-être d'un galop d'essai avant de rejoindre la Formule 1. Affaire à suivre.

Alfa Romeo, le Toro Rosso de Ferrari ?

Alfa Romeo a été la première écurie mythique de la F1. C'est en effet avec une voiture du constructeur italien, l'Alfa 158, que Giuseppe Farina devient le premier champion du monde de F1 en 1950. L'année suivante, avec l'Alfa 159, Juan Manuel Fangio remporte le premier de ses cinq titres mondiaux.

Alfa se retire alors pour devenir simple motoriste avant de faire son retour en tant qu'écurie en 1979. Hélas, ce retour fut un véritable fiasco. Entre 1979 et 1985, Alfa ne s'imposa jamais, se contentant de quatre podiums en 97 Grand Prix.

Depuis, le troisième retour d'Alfa en F1 est un serpent de mer. Sergio Marchionne, le PDG de Fiat Chrysler Automobiles, a évoqué à plusieurs reprises le retour d'Alfa Romeo en F1. On parle même d'un rachat de l'écurie Haas et de l'utilisation du moteur Ferrari !  

Une écurie de F1 Alfa Romeo

Aston Martin : Un retour en F1 à l'étude !

Seulement deux saisons de Formule 1 pour Aston Martin : en 1959 et 1960. Pénalisé par l'utilisation d'un moteur avant alors que le moteur central-arrière prend le dessus, Aston parvient tout de même à se faire remarquer : une deuxième place sur la grille du GP de Grande-Bretagne 1959 et deux courses achevées à la sixième place. Cela est trop peu aux yeux de ses dirigeants et l'écurie britannique se retire pour se consacrer à l'endurance.

Mais un retour de la marque anglaise dans les prochaines années n'est pas à exclure. Son PDG, Andy Palmer, cherche par tous les moyens à promouvoir l'image d'Aston Martin. Pour cela, il envisage sérieusement un retour en F1. Un projet est d'ailleurs à l'étude mais on ignore sous quelle forme : écurie ou simple motoriste.  L'écurie Aston Martin F1

L'écurie Aston Martin F1

Bugatti : un seul GP en F1 !

Avant la seconde guerre mondiale, les Bugatti enchaînaient les succès lors des courses automobiles. Mais en Formule 1, Bugatti ne fit qu'un passage éphémère. En 1956, l'écurie française participe au Grand Prix de France avec pour pilote le célèbre Maurice Trintigant. Mais la Bugatti T251 s'avère très lente et Trintignant se qualifie en fond de grille (18e) avant d'abandonner lors de la course. Ce mauvais résultat incite Bugatti à quitter la F1 après seulement une course…

L'écurie F1 de Bugatti

Lamborghini : Une écurie officieuse

En 1990, Lamborghini demande à Mauro Forghieri de concevoir un châssis et un moteur V12 pour la Formule 1. Lamborghini cherche alors un partenaire financier pour fonder une écurie. Après le rocambolesque épisode du Mexicain Gonzales Luna, recherché par Interpol pour une implication dans un trafic de drogue, Lamborghini se tourne vers le riche industriel italien Carlo Patrucco.

Ce dernier reprend le projet et fonde l'écurie Modena qui utilise le châssis et le moteur conçus par Lamborghini. L'écurie participe au championnat du monde de F1 en 1991 mais enchaîne les non-qualifications. Les mauvais résultats faisant fuir les sponsors, l'aventure Modena-Lamborghini s'arrête au bout d'une seule saison.

Depuis, le retour de Lamborghini a été évoqué par une personne : Stefano Domenicali, son PDG. L'ancien directeur de la Scuderia Ferrari pose cependant de nombreuses conditions à un retour de Lamborghini en F1 : « Le sport automobile a toujours fait partie de Lamborghini et, si la F1 évolue et si je vois que nous avons les forces en tant que compagnie, pourquoi pas ? Ça pourrait arriver à l'avenir, mais les coûts nécessaires non seulement pour s'inscrire mais pour être compétitifs sont loin de nous convenir, a souligné l'Italien. Si nous remarquons des changements importants dans ce domaine, nous prendrons cela en considération. » L'écurie Lamborghini


[Les monoplaces de Formule 1 en 2017]