Autoroutes : "Pas de péage punitif" pour les véhicules diesel

Voir le site Automoto

Les Péages augmentent en 2012
Par Loïc CHENEVAS-PAULE|Ecrit pour TF1|2014-12-29T10:23:00.000Z, mis à jour 2014-12-29T11:37:26.000Z

Évoquée par le Journal du Dimanche, la création d'un "péage punitif" pour les véhicules les plus polluants a été formellement exclue ce lundi 29 décembre par Alain Vidalies, secrétaire d'Etat chargé des Transports, lors d'un entretien accordé à nos confrères de RMC.

Le diesel est décidemment un sujet qui fait beaucoup parler en cette fin d'année 2014. Selon le Journal du Dimanche, la création d'une "tarification écologique" pénalisant les véhicules les plus polluants (dont les diesel) et avantageant les voitures les plus propres serait à l'étude par le gouvernement et les sociétés concessionnaires d'autoroutes. Une information formellement démentie ce lundi matin par Alain Vidalies, secrétaire d'Etat chargé des Transports.

"La négociation n'a pas encore abouti"

"Il n'y aura pas de péage punitif pour les véhicules diesel", a déclaré le député des Landes sur RMC. Avant de préciser : "L'Etat souhaite qu'il y ait des encouragements pour les véhicules hybrides et électriques". Par ailleurs, Alain Vidalies n'a pas manqué de rappeler que le gouvernement gardait sa ligne de conduite quant à la renégociation des contrats avec les concessionnaires autoroutiers, jugés trop favorables et n'hésite pas à brandir la menace d'une résiliation. "On ne renonce à rien", a indiqué le secrétaire d'Etat chargé des Transports, ajoutant que "la négociation n'a pas encore abouti", faute de proposition satisfaisante des concessionnaires.

Pour rappel, le gouvernement est opposé aux sociétés concessionnaires d'autoroute sur la hausse de 0,57% des tarifs de péage qui est prévue au 1er février 2015 dans le cadre des augmentations annuelles programmées dans les contrats de concession. Si un gel des tarifs souhaité par Ségolène Royal, ministre de l'Ecologie, est exclu, une réduction de ce pourcentage d'augmentation est toujours à l'étude.

Le 23 décembre dernier, cinq organisations d'usagers* se sont invitées dans les négociations entre l'Etat et les concessionnaires autoroutiers... sans doute un peu tard pour avoir un véritable poids dans des discussions qui ne sont pas prêtes de se terminer.

* L'Organisation des PME du transport routier (OTRE), l'Union nationale des 'automobile clubs', la Fédération française des motards en colère, l'Automobile club des avocats et la Fédération française de motocyclisme.