Avertisseurs de radars : Coyote, Inforad et Wikango ensemble

Voir le site Automoto

AFFTAC Coyote Wikango Inforad
Par Matthieu LAURAUX|Ecrit pour TF1|2011-05-12T13:05:00.000Z, mis à jour 2011-05-12T13:53:17.000Z

Suite à l'interdiction des avertisseurs de radars, les trois protagonistes du marché se sont associés derrière la nouvelle entité AFFTAC et luttent contre cette nouvelle mesure du gouvernement Fillon.

4,7 millions de personnes utilisent les avertisseurs de radars. Désormais interdits, leurs fabricants se lient sous l'AFFTAC.




Ils sont les tenants du marchés des fameux boîtiers. Les entreprises Inforad, Wikango et Coyote se liguent pour faire face à la mesure d'interdiction des avertisseurs de radar, que le gouvernement a argumenté en voulant "dissuader les excès de vitesse". Pour les 3 firmes, « Il s'agit de dénoncer une décision injuste, injustifiée et aveugle. Les 4 millions 700 000 utilisateurs d'avertisseurs de radars ne sont pas des délinquants ».





La réunion exceptionnelle de ce matin entre les 3 fabricants d'avertisseurs a donné naissance à l'Association Française des Fournisseurs et Utilisateurs de Technologies d'Aide à la Conduite, soit l'AFFTAC. La création de ce nouvel outil de communication a été décidé pour "promouvoir et défendre l'ensemble des technologies embarquées permettant l'aide à la conduite et un usage serein et sécurisé de la route "




Dur de faire le pour et le contre dans cette affaire, mais les arguments portés par l'association menée par Coyote, Wikango et Inforad sont dans un sens légitimes : " Le Gouvernement souhaite développer l'information en temps réel des conducteurs sur la limite de vitesse à respecter ? Nous le faisons déjà. Nos produits affichent en permanence la limite de vitesse à respecter ! ".



Les arguments des fondateur l'AFFTAC tiennent sur le fait que les avertisseurs de radar ne remplissent pas que cette fonction, mais sont de véritables aides à la conduite. Le communiqué affirme qu'un tel produit "signale les zones à risque grâce à la communauté de nos utilisateurs ".


Et pour rassembler ses utilisateurs, les fabricants "appellent à la mobilisation le mercredi 18 mai à 13h, partout en France".