Better Place présente sa station-service électrique high-tech

Voir le site Automoto

Photo 1 : La station-service du futur selon Better Place
Par Raphael SYLVESTRE|Ecrit pour TF1|2009-05-20T07:48:00.000Z, mis à jour 2009-05-20T07:48:00.000Z

Echanger la batterie de son véhicule électrique au lieu de la recharger ; c'est ce que propose de faire la société Better Place en 1 minute, dans des stations-services spécifiques.

Lors d'une première mondiale organisée au Japon, l'opérateur électrique Better Place a présenté son système robotisé dernier cri permettant l'échange standard d'une batterie de véhicule électrique en moins de temps qu'un plein de carburant. Mais de cette savante démonstration à une application à grande échelle, il reste un cap conséquent à franchir.




Un projet de grande envergure

Pour Shaï Agassi, le directeur de la société Better Place, aucun doute possible. Il détient la clef de l'élargissement à grande échelle de son projet commercial, à savoir le développement à grande échelle d’un mode de transport "zéro émission". En démontrant que changer une batterie ne demande qu'une petite minute, il espère convaincre les futurs clients à s'orienter vers l'achat d'un modèle électrique. Alors pourquoi privilégier un modèle polluant si un véhicule électrique est plus propre, moins gourmand et fait le plein d'énergie plus rapidement ?

L'homme d'affaire, d'origine israélienne, table sur l'implantation progressive d'un réseau mondial de stations-services, basées sur une technologie qu'il a présentée en première mondiale le 13 mai. La manoeuvre : deux échangeurs de batteries se chargent de procéder au remplacement. L'un enlève la batterie vide et l'installe dans un stock avant qu'elle ne soit rechargée. Un autre positionne la batterie. Le tout en 60 secondes environ. Idéal ?


Du rêve à la réalité ?

Si, sur le papier, et étant donnée la véracité effective de la démonstration, le principe peut augurer un réel débouché commercial à l'échelle mondiale, il reste des défis à relever pour y parvenir.
Primo, Better Place devra finaliser définitivement sa station-service électrique type.
Secundo, elle devra disposer en stock de tous les types de batteries.
Tertio, il lui faudra gérer sa dépendance énergétique auprès des opérateurs pour ne pas se retrouver à court de courant. Enfin, disposer de ressources financières suffisantes dans le déploiement de ce vaste réseau ce avec ou sans le soutien des Etats.

Alors, rêve ou réalité ? "Tout dépendra des montants engagés par les pouvoirs publics pour soutenir leurs investissements et encourager l'achat de véhicules électriques", explique un analyste du secteur.

La première application concrète se déroulera en Israël avec en 2010 l'installation de 100.000 bornes de recharges et de 100 stations d'échange. En attendant, Better Place poursuit son développement à l'internationale après des partenariats signés avec le Danemark, l'Australie, la Californie ou Hawaï, et des compagnies énergétiques.

Restera toutefois un point clef : convaincre et inciter les conducteurs du monde entier à s'orienter vers l'achat d'un modèle électrique. La société Better Place est née en 2007. Après deux ans d'activité, elle semble voir très loin. Trop ?