Dans l'actualité récente

Catastrophe au Japon : réaction en chaîne sur la production automobile

Voir le site Automoto

Chaine Production Japon Mazda
Par Matthieu LAURAUX|Ecrit pour TF1|2011-03-23T13:48:00.000Z, mis à jour 2011-03-23T14:00:27.000Z

Le Japon connaît une catastrophe humaine suite au tremblement de terre et au tsunami du 11 mars. En plus de cela, l'industrie du pays en pâtit, dont l'automobile avec des effets qui se ressentent sur toute la planète.

Suite à la catastrophe japonaise, l'industrie automobile mondiale est touchée. Mais à quel point ?


Honda est le constructeur automobile le plus touché par la catastrophe japonaise. Les usines deux et quatre roues du pays sont toutes stoppées et il n'est pas question de redémarrer les chaînes avant lundi. De plus une trentaine des 110 fournisseurs de pièces sont à l'arrêt. Toyota attend de son côté le relancement de certains sites de production, normalement dimanche. Le retard de production pour le groupe est attendu à 140.000 véhicules.


Si les constructeurs japonais sont concernés directement, les fournisseurs du pays autant touchés ont aussi des répercussions sur Peugeot-Citroën, dont des pièces pour véhicules diesel nécessitent des composants japonais venant de Hitachi. Ainsi, la production pourra être rabaissé de 60%. Renault n'est affecté que pour les Latitudes et Koleos, fabriquées en Corée et utilisant des pièces d'origine Nissan. La production est ralentie de 20%.


Dans la liste des autres groupes automobiles concernés, Ford devrait rejoindre le mouvement, deux usines Opel seront probablement arrêtées, General Motors ralenti un site de moteurs aux Etats-Unis et en stoppe un autre construisant des pick-ups Chevrolet, tandis que Honda est aussi touché pour son site au Mexique d'où sort le CR-V.


Ces suspensions ou ralentissement de production de voitures et pièces détachées entraînent logiquement du chômage technique, à venir chez PSA Peugeot-Citroën, voire des coupes sur le salaire aux Etats-Unis chez Chevrolet. Sans parler du Japon...

Et il reste à étudier la possibilité de contamination radioactive de certains véhicules au Japon. Aucun cas n'est répertorié, et nous souhaitons que cela reste ainsi.