Chrysler au bord du gouffre

Voir le site Automoto

Logo Chrysler
Par Raphael SYLVESTRE|Ecrit pour TF1|2009-04-30T12:05:00.000Z, mis à jour 2009-04-30T12:05:00.000Z

Alors que Barack Obama comptait sur le sauvetage de la firme, l'échec des discussions entre les créanciers et le trésor américain pousse Chrysler vers le dépôt de bilan.

Selon le Wall Street Journal, 2,25 milliards de dollars avait été proposés par le trésor aux créanciers du constructeur américain. Ces derniers ayant décliné l'offre du fait des trop grands sacrifices qu'elle représentait (abandon de 6,9 milliards de dollars de créances sur le groupe automobile), Chrysler se rapproche dangereusement du dépôt de bilan qui semble à présent quasi-inévitable.

En effet, le Président américain avait donné au constructeur automobile jusqu'au soir du jeudi 30 avril pour trouver une solution au problème économique qui parasite l'entreprise depuis plusieurs mois déjà... Ce qui n'est toujours pas le cas.

Le président Obama s'était pourtant montré optimiste quant à l'avenir du groupe, notamment grâce à des plans de restructuration, incluant un partenariat avec Fiat (accepté par la majorité des salariés de Chrysler) : "J'ai en fait plus d'espoir qu'il y a trente jours dans le fait que nous puissions trouver une solution qui maintienne la compagnie Chrysler viable".

Malgré ces efforts consentis, les difficultés financières persistaient et l'aide du Trésor incarnait semble-t-il le dernier rempart face au placement sous protection de la loi sur les faillites. Le refus d'un grand nombre de banques (au nombre de 45 au total) de céder à la proposition du département du Trésor américain met donc le constructeur dans le plus grand embarras.

De grands établissements, dont la banque JP Morgan Chase qui dirige un important groupe de créanciers, avaient pourtant accepté le plan de restructuration financier de Chrysler mercredi dernier.

Il ne reste à présent plus que quelques heures au 3ème constructeur automobile américain, avant la décision irrévocable du Chef de l'Etat... Affaire à suivre.