Citroën va produire pour la première fois en Iran

Voir le site Automoto

Citroën C4, version restylée lancée début 2015 avec de légères modifications sur les optiques, et de nouveaux moteurs
Par Marie LIZAK|Ecrit pour TF1|2016-07-22T08:49:04.705Z, mis à jour 2016-07-22T10:03:21.541Z

Afin de relancer sa croissance, le groupe automobile français PSA vient de signer un accord avec son partenaire local SAIPA permettant à la marque Citroën de fabriquer et commercialiser des véhicules en Iran.

Citroën lancera trois nouveaux véhicules en Iran en 2018.


Trois nouveaux modèles

Présent en Iran depuis 1996, Citroën n’avait encore jamais produit de véhicules dans ce pays, malgré ses liens très forts avec son partenaire SAIPA, constructeur automobile iranien appartenant au ministère de l’industrie.

Les deux acteurs clés du secteur automobile ont justement signé hier un accord permettant à PSA de racheter 50 % de l’usine de Kashan afin d’y fabriquer trois modèles adaptés au marché iranien. Le groupe viserait les 150.000 véhicules vendus d’ici 2021 selon le président du directoire, Carlos Tavares

Les premiers véhicules sortiront des chaînes de production en 2018, qui devraient s'inspirer des modèles exotiques vendus en Chine.


Un marché en forte croissance

Quatre ans après son départ forcé par les sanctions contre le programme nucléaire controversé en Iran, Citroën est de retour et compte bien trouver sa place au sein de ce marché considéré comme l’un des plus prometteurs en raison de sa forte croissance.

Après une chute à 740 000 exemplaires, la production de véhicules sur le sol iranien a considérablement augmenté en 2014, passant à 1,1 millions de véhicules un an plus tard. PSA est très ambitieux concernant ces chiffres, qui pourraient doubler d’ici à 2022 pour passer à plus de 2 millions.

Son principal concurrent, Renault, prévoit quant à lui d’intensifier ses activités, l’arrivée de PSA risquant de mettre à mal sa croissance pourtant au beau fixe, revendiquant 56,1 %, soit 51 500 véhicules en 2015