Les contreparties demandées aux constructeurs sont "légitimes"

Voir le site Automoto

Luc Chatel
Par Bertrand QUERNE|Ecrit pour TF1|2009-02-11T10:31:00.000Z, mis à jour 2009-02-11T10:31:00.000Z

Le porte-parole du gouvernement, Luc Chatel estime que le plan français en faveur de l'automobile n'a "rien de scandaleux" et que les contreparties demandées aux constructeurs est "légitimes", en réponse aux critiques de Bruxelles et de plusieurs pays de l'UE.

"Toutes les mesures que nous avons annoncées lundi sont la déclinaison des orientations qui ont été proposées par la Commission le 18 décembre dernier. Donc, dans ces mesures, il n'y a rien de scandaleux et il n'y a rien qui soit incohérent avec les mesures de la Commission", a affirmé M. Chatel sur Radio Classique.

"Nous, nous pensons que c'est légitime" de demander des contreparties aux constructeurs en échange des aides gouvernementales, a ajouté le porte-parole. Il a rappelé que le gouvernement français avait déjà dans le passé demandé des contreparties en terme d'emplois et d'investissements lorsque que Toyota s'était implanté à Valenciennes ou Smart en Lorraine, en bénéficiant d'un accompagnement public.

"Donc ce n'est pas une nouveauté, et il est normal qu'au moment où le contribuable français fait des efforts, en contrepartie, on obtienne des constructeurs qu'il ne ferme pas d'usines", a poursuivi Luc Chatel. Le gouvernement français a annoncé lundi des aides supplémentaires pour l'automobile d'un montant global de 7,8 milliards d'euros, dont des prêts de 3 milliards chacun aux constructeurs PSA Peugeot Citroën et Renault, à condition qu'ils maintiennent leurs usines en France.

Cette condition a été très critiquée par certains pays comme la République tchèque, qui préside actuellement l'Union européenne (UE), et la Slovaquie, qui ont accusé Paris de protectionnisme. La Commission européenne a également fait part mardi de ses "préoccupations" sur le plan français, notamment sur la condition faite aux constructeurs de maintenir leurs usines en France, qui pourrait être "illégale".

(avec agences)