COP21 : Ségolène Royal demande l’impossible à la voiture électrique

cop21-segolene-royale-demande-l-impossible-a-voiture-electrique-8970285
Dans le cadre de la COP21, la ministre de l'Ecologie, Ségolène Royal, a annoncé plusieurs initiatives dont un futur appel à projets pour une voiture électrique à moins de 7.000 euros. Impossible.

Commander une voiture électrique à 5.000 euros, c’est comme demander au concessionnaire Bugatti une ristourne de 50.000 euros.

Plein Phare : Voiture électrique en France, l'état des lieux

Ségolène veut une voiture électrique à 5.000 euros

En marge de la COP21 qui se tient à Paris, du 30 novembre au 11 décembre, Ségolène Royal a annoncé sa volonté de voir naître une voiture électrique accessible à tous, aux alentours de 6.500 euros. «Nous lançons un appel à projets mondial pour la conception, le développement et la commercialisation d'un véhicule électrique populaire à moins de 7 000 dollars», a déclaré la ministre de l'Ecologie en précisant que les industriels devront trouver «des accords entre eux». Une ambition démesurée aux vues du marché de l’automobile actuel. L’exemple le plus concret est sans nul doute le biplace Renault Twizy, qui roule à l’électrique avec une vitesse de pointe de 80 km/h, pour un coût de 8.000 euros. Pour compléter le développement de véhicule électrique pour les particuliers, Ségolène Royal a lancé un plan national pour la réalisation, d'ici cinq ans, de 1.000 km de routes solaires dotées de cellules photovoltaïques pour produire de l'électricité selon le concept «Wattway».




50% de voitures électriques d’ici 5 ans

En marge du scandale Volkswagen, la ministre de l'Écologie a déjà enchaînéles déclarations coup de poing en faveur des voitures électrique. Elle a d’ailleurs pointé du doigt les constructeurs qui «traînent trop fortement sur le véhicule électrique». Avant de conclure: «Ce que j'espère dans 5 ans, c'est qu'une voiture sur deux soit électrique». Une envie peu envisageabledans le réel, aujourd’hui les voitures électrique représentent 1% des ventes automobiles. La déclaration la plus plausible reste celle de Paris sur l’électromobilité et le changement climatique qui a été présentée par la « Zero Emission Vehicles Alliance ». Cette allocution fixe l’objectif, d’ici 2030, d’avoir au moins 20% de la flotte mondiale de véhiculesélectrique(y compris les deux et 3 roues, voitures, camions et bus).

Essai vidéo : Renault Twizy, la nouvelle smart ?


News associées