COP21 : Ségolène Royal demande l’impossible à la voiture électrique

Voir le site Automoto

error
Par Florent REYNE|Ecrit pour TF1|2015-12-07T17:15:10.819Z, mis à jour 2015-12-07T17:15:10.819Z

Dans le cadre de la COP21, la ministre de l'Ecologie, Ségolène Royal, a annoncé plusieurs initiatives dont un futur appel à projets pour une voiture électrique à moins de 7.000 euros. Impossible.

Commander une voiture électrique à 5.000 euros, c’est comme demander au concessionnaire Bugatti une ristourne de 50.000 euros.  

Plein Phare : Voiture électrique en France, l'état des lieux

Ségolène veut une voiture électrique à 5.000 euros

En marge de la COP21 qui se tient à Paris, du 30 novembre au 11 décembre, Ségolène Royal a annoncé sa volonté de voir naître une voiture électrique accessible à tous, aux alentours de 6.500 euros. « Nous lançons un appel à projets mondial pour la conception, le développement et la commercialisation d'un véhicule électrique populaire à moins de 7 000 dollars », a déclaré la ministre de l'Ecologie en précisant que les industriels devront trouver « des accords entre eux ». Une ambition démesurée aux vues du marché de l’automobile actuel. L’exemple le plus concret est sans nul doute le biplace Renault Twizy, qui roule à l’électrique avec une vitesse de pointe de 80 km/h, pour un coût de 8.000 euros. Pour compléter le développement de véhicule électrique pour les particuliers, Ségolène Royal a lancé un plan national pour la réalisation, d'ici cinq ans, de 1.000 km de routes solaires dotées de cellules photovoltaïques pour produire de l'électricité selon le concept « Wattway ».


Le concept Renault Twizy RS F1 au Festival of Speed Goodwood 2013


50% de voitures électriques d’ici 5 ans

En marge du scandale Volkswagen, la ministre de l'Écologie a déjà enchaîné les déclarations coup de poing en faveur des voitures électrique. Elle a d’ailleurs pointé du doigt les constructeurs qui « traînent trop fortement sur le véhicule électrique ». Avant de conclure : « Ce que j'espère dans 5 ans, c'est qu'une voiture sur deux soit électrique ». Une envie peu envisageable dans le réel, aujourd’hui les voitures électrique représentent 1% des ventes automobiles. La déclaration la plus plausible reste celle de Paris sur l’électromobilité et le changement climatique qui a été présentée par la « Zero Emission Vehicles Alliance ». Cette allocution fixe l’objectif, d’ici 2030, d’avoir au moins 20% de la flotte mondiale de véhicules électrique (y compris les deux et 3 roues, voitures, camions et bus).

Essai vidéo : Renault Twizy, la nouvelle smart ?