Coup d'oeil dans le rétro - Fast & Furious : duel musclé entre américaines et japonaises

Voir le site Automoto

Paul Walker et Vin Diesel, héros de la saga Fast & Furious.
Par Loïc CHENEVAS-PAULE|Ecrit pour TF1|2015-02-13T14:45:00.000Z, mis à jour 2015-02-13T15:14:45.000Z

Dans sa rubrique "Coup d'oeil dans le rétro", la Rédaction s'arrête le temps d'un instant sur un évènement, un pilote ou un phénomène qui a marqué l'histoire des sports mécaniques et de l'automobile pour l'analyser, le décortiquer et comprendre pourquoi tout le monde en parle encore aujourd'hui. Ce vendredi 13 février, Automoto.fr se penche sur la saga Fast & Furious, une franchise qui a replacé la passion les voitures sur le devant de la scène cinématographique tout en offrant une opposition de styles entre l'authenticité américaine et la technologie japonaise.

"Montre-moi comment tu conduis, je te dirai qui tu es". Cette réplique lâchée dans Fast & Furious 6 par Dominic Toretto (Vin Diesel) résume à elle seule la philosophie d'une saga devenue incontournable sur grand écran. Véritable carton depuis son premier épisode en 2001, la franchise Fast & Furious a ramené la passion pour les mécaniques bien huilées sur le devant de la scène cinématographique tout en poussant à l'extrême l'antagonisme entre la culture automobile américaine, plus traditionnaliste, et la vision japonaise tournée vers les nouvelles technologies.

Nostalgie à l'américaine
Pour comprendre l'ADN de Fast & Furious, il faut se pencher sur les duels qui ont marqué l'histoire de la franchise. Dans le tout premier film, Vin Diesel et le regretté Paul Walker s'affrontent respectivement à bord d'une Dodge Charger RT première génération et d'une Toyota Mark IV Supra RZ de 1994. Lors de leurs retrouvailles dans le 4e volet de la saga, les deux héros se livrent une nouvelle bataille mais cette fois-ci au volant d'une Chevrolet Chevelle SS pour l'un et d'une Nissan Skyline R34 GT-R pour l'autre.

Symbole d'une opposition de styles très prononcée, ce choix de voiture est à première vue révélateur d'une certaine nostalgie vis-à-vis de modèles qui ont marqué l'histoire automobile américaine. Le duel entre la Dodge Charger RT de Vin Diesel et la Ford Gran Torino de Laz Alonso, qui joue l'un des méchants de Fast & Furious 4, en est la démonstration la plus aboutie, rappelant l'affrontement Dodge contre Ford dans le film Bullitt avec Steve McQueen en 1968. Un joli clin d'œil aux bons gros moteurs V8 des années 1960-1970 qui ont fait le bonheur de nombreux conducteurs outre-Atlantique.

Duel musclé entre la Dodge Charger RT de Vin Diesel et la Toyota Mark IV Supra RZ de Paul Walker dans Fast & Furious premier du nom !

Amérique conservatrice mais pas réac !
Pourtant, en démontrant cet attachement à la voiture "typiquement ricaine", la saga Fast & Furious ne souhaite pas donner l'image d'une Amérique perdue dans la grandeur de son passé. Certes, la désindustrialisation et la mondialisation ont fait leur œuvre lors des années Reagan (1981-1989) et les technologies ont évolué avec des voitures hybrides et extrêmement rapides. Mais les Etats-Unis restent un pays qui peut toujours compter sur son héritage automobile afin de compenser un certain manque de nouveautés techniques et encore impressionner le grand public d'aujourd'hui.

Ce côté conservateur, sans pour autant être "réac", se reflète dans le personnage incarné par Vin Diesel, amoureux des bonnes vieilles mécaniques musclées, alors que son partenaire joué par Paul Walker est plus moderne et incarne cette course à la puissance et aux nouveaux gadgets. L'opposition des genres est profonde et la résistance des américaines face aux japonaises se veut accentuée sans pour autant inhiber l'une des particularités de l'univers automobile étasunien : l'entretien des voitures au fil des années. Le soin apporté à une mécanique bien huilée l'emportera toujours sur les accessoires souvent superflus des nouveaux véhicules, ne serait-ce que par la passion procurée par le simple fait de bricoler son engin.

Automoto rencontre les héros de Fast & Furious ! (2009)

La voiture, un personnage à part entière
Aujourd'hui, l'impact de la franchise Fast & Furious sur l'industrie du cinéma est indéniable. Après une période de creux dans les années 1990 où elle faisait plus office de gadgets pour le héros, la voiture est redevenue un "personnage" central dans de nombreuses productions et s'élève désormais au rang de star au même titre que l'acteur qu'elle accompagne. Un renouveau qui s'exprime dans les films Gran Torino avec Clint Eastwood (2007) et Drive avec Ryan Gosling (2011) mais qui trouve son accomplissement ultime dans la franchise Cars de Pixar (2006).

Si par moment l'action et les histoires de vengeance prennent le pas sur nos amies à quatre roues, il ne fait aucun doute que les caisses dopées aux nouvelles technologies et les bonnes grosses machines de guerre des années 1960 et 1970 se tireront encore la bourre pendant longtemps. Annoncé comme le gros blockbuster des prochains mois, notamment en raison des dernières scènes tournées par le charismatique Paul Walker, tristement décédé dans un accident de voiture le 30 novembre 2013, Fast & Furious 7 promet une opposition des styles encore plus grande où la Dodge Charger dernière génération devrait occuper une place de choix au milieu des Bugatti, Lamborghini et autres Ferrari.

Fast and Furious 7 : premier teaser officiel avec Paul Walker !

Fast & Furious 7 : la nouvelle bande-annonce pour le Superbowl 2015