Course Moto - Agostini : "J'espère encore être champion du monde !"

Voir le site Automoto

Giacomo Agostini interrogé dans l'émission auto.moto.1 du 11 janvier 1975
Par Jean-Pierre Chapel, le 11 janvier 1975|Ecrit pour TF1|2015-01-07T17:38:00.000Z, mis à jour 2015-03-13T16:34:55.000Z

Alors qu'il n'est toujours pas certain de concourir dans la catégorie 500 cm3 du championnat du monde de vitesse moto 1975, le pilote italien Giacomo Agostini a fait le point sur son avenir au micro d'auto.moto 1.

Plus qu'une simple idole, c'est un véritable dieu vivant pour tous les motards. Déjà 14 fois champion du monde de moto sur 350 et 500 cm3 à seulement 32 ans, l'Italien Giacomo Agostini a pulvérisé tous les records dans sa discipline avec 115 victoires au compteur. Mais pour l'année 1975, le natif de Brescia n'est pas encore sûr de courir en 500 cm3, la faute à l'absence de garantie d'avoir une machine compétitive. En exclusivité pour auto.moto 1, il s'est exprimé sur son avenir.


"C'est très difficile d'être toujours premier"
"J'espère encore être champion du monde en 1975, surtout en 500 cm3", tranche d'entrée de jeu le pilote italien. "Je fais d'abord la course pour gagner. Je sais que c'est très difficile d'être toujours premier mais j'ai vraiment envie d'être une nouvelle fois champion du monde. (...) En ce moment, je ne sais pas si je vais courir en 500 cm3. Mais je suis sûr que Yamaha fait tout pour me donner une bonne moto dans cette catégorie".

S'il a laissé ses précieuses MV Agusta qui lui ont permis de glaner 14 titres mondiaux, Agostini sait qu'il peut accomplir des miracles au guidon d'une Yamaha. L'année dernière, il a réussi l'exploit de triompher avec sa TZ 750 lors des 200 Miles de Daytona alors qu'il découvrait un deux-roues à moteur deux-temps. Une performance remarquable qu'il souhaite réitérer. "Je serai présent à Daytona et j'espère de nouveau gagner. C'est une course très difficile et importante pour le prestige et les gens à l'usine".

L'avenir de celui que le grand public surnomme affectueusement "Ago" ne se dessine donc pas encore hors des circuits, même si sa présence régulière aux côtés de l'acteur français Alain Delon peut laisser penser le contraire. "Je n'ai pas de temps pour le cinéma !", plaisante-t-il tout sourire. Avant de poursuivre : "Peut-être que c'est lui qui va faire de la moto. Je pense qu'il peut être bon !".