Dakar 2014 - 8e étape Auto : Nani Roma perd du terrain

Voir le site Automoto

Nani Roma perd du terrain sur Stéphane Peterhansel avant les dunes chiliennes
Par Romain TAMBURRINO|Ecrit pour TF1|2014-01-14T10:15:00.000Z, mis à jour 2014-01-14T10:22:17.000Z

Il faut attendre la huitième étape pour voir Stéphane Peterhansel attaquer. Le spécialiste du Rallye-Raid se montre très offensif et veut absolument remporter cette édition 2014. En effet, l'écart entre lui et Nani Roma fond comme neige au soleil.

Pour cette huitième étape, les pilotes autos et camions ont dû affronter une spéciale en fin de journée après avoir roulé plus de 500 km à travers la Bolivie.

La victoire pour Al-Attiyah
Le pilote qatari Nasser Al-Attiyah s'est imposé pour la première fois sur les routes du Dakar 2014. Le vainqueur de l'édition 2011 n'a pas creusé beaucoup d'écart sur cette étape sans réelles difficultés. Le français Stéphane Peterhansel est deuxième à une petite minute et Carlos Sainz complète le podium à 2'36 du vainqueur du jour. L'argentin Orlando Terranova est toujours dans le coup en terminant 4e de l'étape. Pour sa part, le leader au général Nani Roma se classe 6e et perd 9'19 dans la bataille. Le français qui revient au général s'est confié : « C'est vrai que la spéciale était rapide et pas très compliquée. Nasser Al-Attiyah et Carlos Sainz roulaient très, très vite, et j'avais du mal à suivre le rythme. Cela dit, au final on ne fait pas une mauvaise opération car Nani Roma a eu deux crevaisons, on lui reprend un peu de temps et on lui met la pression. Ce n'est jamais simple d'être en tête, je connais bien la situation, et pour Nani être devant, c'est une pression supplémentaire. Derrière, on a rien à perdre, mais quand on est devant, on a tout à perdre. »

Peterhansel à moins de 30 minutes
Avec les crevaisons de Nani Roma, Stéphane Peterhansel revient à 23 minutes au général et s'offre de nouvelles possibilités de victoire. D'autant que la neuvième étape fera la part belle au sable. Le sud-africain Giniel de Villiers est toujours 3e et aurait pu espérer revenir également s'il n'était pas rester bloqué derrière le russe Vladimir Vasilyev. Quant à Nasser Al-Attiyah, il croît toujours aux perspectives de podium alors qu'il compte 1h09 de retard : « Je suis encore un peu sur la déception de notre pénalité d'une heure, mais c'est la course et donc nous nous concentrons maintenant sur le fait d'attaquer au maximum et d'essayer de remporter le plus de spéciales possibles. Même si tout le monde roule fort, nous remportons celle-ci, ce qui prouve que j'utilise de mieux en mieux le potentiel de la voiture. Alors même si nous en sommes encore loin, je crois encore en mes chances d'accrocher le podium, car la route est encore longue. »

Camions : Karginov met la pression
En camions, Andrey Karginov tente de mettre la pression à De Rooy. Le russe s'impose sur cette huitième étape. Il s'agit de sa septième victoire sur le Dakar et la deuxième cette année. Gérard De Rooy se classe donc deuxième à seulement 5'15 et son coéquipier Dmitry Sotnikov termine à 6'55. Eduard Nikolaev perd plus de temps en terminant 8e à 14'08. Au classement général, le pilote Iveco compte 32'35 d'avance sur le pilote Kamaz Andrey Karginov. Avec son retard du jour, Nikolaev compte désormais 1h12 de retard.

Une fin de spéciale décisive pour l'étape
Pour la neuvième étape, les pilotes verront l'Océan Pacifique. Ils partiront de Calama pour rejoindre Iquique. Seulement 37 km de liaison pour rejoindre le début de la spéciale et 422 km de spéciale chronométrée. La première partie de l'étape sera assez difficile puisqu'ils s'attaqueront aux premières dunes de l'Atacama. La spéciale sera plutôt tranquille ensuite, il faudra faire attention sur la fin, les pilotes devront traverser 42 km de dunes de sable avant d'arriver sur le bord de mer. Ils devront s'attaquer à la descente d'Iquique. Une descente vertigineuse de 3 km avec un dénivelé de 30% soit 1.000m de dénivelé négatif.