Dakar 2015 : Al-Attiyah, Coma, le sacre des habitués

Voir le site Automoto

error
Par Guillaume HENAULT-MOREL|Ecrit pour TF1|2015-01-18T09:40:00.000Z, mis à jour 2015-01-18T09:44:55.000Z

Le 36e rallye Dakar s'est achevé, samedi, à Buenos Aires. Cette nouvelle édition sacre le Qatari Nasser Al-Attiyah (Mini) chez les autos et l'Espagnol Marc Coma (KTM) dans la catégorie autos. Deux sportifs habitués des premiers rôles et qui faisaient partie des favoris au départ de la course.

Ils étaient 406 concurrents au départ de Buenos, toutes catégories confondues. Deux semaines plus tard et au retour dans la capitale argentine, ils ne sont plus que 216 à franchir la ligne d'arrivée. Un tout petit peu plus de la moitié qui confirme que même sur le continent sud-américain, le Dakar continue d'être une des épreuves mécaniques les plus exigeantes au monde. Si la difficulté a été similaire pour chacun, certains ont fait preuve d'une très grande régularité. A commencer par les vainqueurs des deux catégories phares.

Al-Attiyah sans contestation
L'histoire retiendra que l'Américain Robby Gordon s'est imposé lors de l'ultime étape entre Rosario et Buenos Aires. Une performance remarquée à bord de son buggy Gordini car il remporte l'une des deux seules spéciales qui ont échappé aux Mini cette année. Il faut le reconnaître la domination de l'écurie Mini a été sans partage en 2015. Onze victoires donc quatre pour l'Argentin Orlando Terranova et cinq pour le Qatari Nasser Al-Attiyah, vainqueur de l'épreuve. Sans sa pénalité du premier jour, Al-Attiyah serait resté en tête du classement toute la compétition. Une constante qui lui a permis d'accentuer un peu plus chaque jour son avance sur le sud-africain Giniel de Villiers (Toyota), régulier mais sans opportunité pour menacer concrètement Al-Attiyah qui remporte son deuxième Dakar après celui 2011. Un succès qu'il partage avec un copilote français, Matthieu Baumel.

Coma se rapproche de la légende
Sa rivalité avec le Français Cyril Despres a longtemps animé cette catégorie moto lors des Dakar. Avec le départ de son plus sérieux concurrent vers les autos, l'Espagnol n'a pourtant pas eu tâche facile lors de la première semaine de compétition. La faute à un autre compatriote, Joan Barreda qui l'a devancé jusqu'à la 8e étape. Une seule victoire de spéciale mais toujours dans les neuf premiers, Marc Coma a fait l'éloge de la régularité au plus haut niveau. Un domaine qu'il connaît et qui lui permet désormais de rejoindre Cyril Despres et Cyril Neveu au deuxième rang des motards les plus titrés de l'histoire du Dakar avec cinq victoires. Seul Stéphane Peterhansel fait mieux pour l'instant avec six titres. Le prochain objectif, sans doute, pour Marc Coma.

Le bilan de Peugeot
C'était le grand retour attendu après vingt-cinq ans d'absence : Peugeot sur le Dakar. Même si la victoire finale n'était pas l'objectif annoncé, le constructeur français nourrissait quelques espoirs pour son trio Peterhansel-Sainz-Despres. Il n'a suffi que de quelques jours de course pour se rendre compte que l'avantage de Mini et son expérience sur la compétition étaient pour l'instant encore trop importants. Mais la marque au lion ramène deux voitures à Buenos Aires avec Stéphane Peterhansel 11e du général alors que Cyril Despres a connu plus de difficultés pour son premier Dakar en auto. Il termine 35e de la catégorie.

Dans la catégorie quads, la victoire finale revient au Polonais Rafal Sionik qui remporte son premier Dakar. Premier titre également pour le Russe Airat Mardeev dans la catégorie camions.