Dakar 2017 : Peterhansel et Peugeot, imbattables et au-dessus du lot

Voir le site Automoto

Le Peugeot 3008 DKR
Par Julien PEREIRA|Ecrit pour TF1|2017-01-16T08:31:58.845Z, mis à jour 2017-01-16T11:46:38.066Z

Samedi, Stéphane Peterhansel a remporté l’édition 2017 du Dakar. Le pilote a profité de son expérience pour maintenir Sébastien Loeb à distance. Largement supérieur, Peugeot a réussi le triplé grâce aux incroyables performances des 3008 DKR.

La 38e édition du Dakar a été riche en rebondissements mais n’a finalement débouché sur aucune surprise. En tout cas en auto.


Rien ne peut arrêter Stéphane Peterhansel. Ni l’ensemble des péripéties qui ont perturbé, comme chaque année, le parcours du prestigieux Rallye-Raid, ni une concurrence accrue, à la fois en interne avec le trio composé de Carlos Sainz, Cyril Despres et surtout Sébastien Loeb, et en externe, avec les outsiders Toyota Nani Roma et Giniel De Villiers, déjà vainqueurs de l’épreuve.

Loeb de plus en plus proche

Samedi 14 janvier, « Peter » a encore accroché le Dakar à son palmarès. Pour la 13e fois de sa carrière. Il a surtout magnifié ce succès, le 7e en catégorie auto, en empochant l’ultime étape reliant Rio Cuarto à Buenos Aires, et gérant, fort de son expérience, son avantage supérieur à 5 minutes sur Sébastien Loeb, véritablement devenu rival n°1 de la légende du Dakar. L’Alsacien, qui a réussi plus de temps scratchs que son adversaire (5 contre 3) n’en était qu’à son deuxième coup d’essai et le duel risque encore de s’intensifier l’année prochaine. Avec Despres sur la troisième marche du podium, Peugeot s'est offert le triplé


Sunderland s’en est bien sorti

En moto, le suspense a été tué dans l’œuf, précisément au moment où Joan Barreda (Honda), a écopé d’une heure de pénalité pour ravitaillement hors-zone, laissant le champ libre à Sam Sunderland (KTM), finalement vainqueur pour la première fois. Mais l’Espagnol, auteur de 4 temps scratchs sur 10 possibles, est apparu largement supérieur au reste de la meute. Mais au Dakar, plus qu’autre part, le talent ne suffit pas.