Dans l'actualité récente

Décès de Guy Ligier (1930 - 2015), ex-pilote et fondateur de l'écurie F1

Voir le site Automoto

Guy Ligier 1983 Automoto
Par Matthieu LAURAUX|Ecrit pour TF1|2015-08-24T13:41:30.626Z, mis à jour 2015-08-24T16:36:56.451Z

Il a été le fondateur de la célèbre écurie de F1 éponyme. Guy Ligier s’est éteint ce 23 août 2015, laissant derrière lui un palmarès exceptionnel en sport automobile, et laisse les actuels prototypes d'endurance orphelins.

C’est avec une profonde tristesse que le sport automobile a appris le décès de Guy Ligier ce 23 août 2015. Le Français avait 85 ans.

D’abord pilote

Démarrant par le BTP, l’aviron et même le rubgy avec une sélection en équipe de France B, Guy Ligier  poursuit par carrière de pilote automobile au début des années 60, avec des coupes GT et la Formule 2. Il accède au départ des 24 Heures du Mans en 1964, où il y fit sa seule arrivée et son meilleur résultat avec la 7è place au général  sur Porsche 904 et la tête de sa catégorie GT 2 litres, puis chez Ford entre 1965 en 1967 avec abandons à la clé.

En parallèle, le Français tente l’aventure Formule 1 en 1966 sur une Cooper-Maserati puis en 1967 sur Brabham, où il obtient son premier et unique point. Il remporte également la drnière édition des 12 heures de Reims avec son ami Jo Schlesser. Sans résultat probant, il revient en F2, mais le décès de Schlesser au Grand Prix de France le pousse hors des circuits.

Il ne réapparait qu’en 1970, au volant de sa propre voiture d’endurance, nommée JS1 en hommage à Jo Schlesser. Il prend 3 départs aux 24H du Mans et concourt jusqu’en 1974, avant de lâcher le volant pour diriger son écurie, obtenant la 2ème place en 1975 dans la course mancelle.

L’épopée F1

En 1976, Ligier débarque en F1 avec la JS5 surnommée « La Théière » à cause de son imposante prise d’air, avec le pilote jacques Laffite donnant 20 points dès la première saison et 3 podiums. 1980 sera la meilleure année pour Ligier terminant 2è au championnat avec Laffite et Didier Pironi, avant de sombrer, notamment entre 1987 et 1991 avec seulement 4 points inscrits en 5 saisons.

La prise en majorité par Cyril de Rouvre marque un petit rebond, avec en 1993 une 5è place et trois podiums, et le rachat de Flavio Briatore intervient en 1994. L’écurie perdure jusqu’en 1997, avec l’illustre victoire d’Olivier Panis au GP de Monaco, avant d’être reprise et renommée Prost GP.


Retour en endurance

Le nom Ligier est cependant réapparu en 2006 par l’intermédiaire du V de V, et surtout en 2014 sous l’impulsion d’Onroak Automotive (OAK Racing) en LMP2 avec la JS P1, puis en 2015 en championnat du monde d’endurance (WEC), European Le Mans Series (ELMS), United Sportscar (Etats-Unis). 

Pas moins de 7 prototypes étaient au départ des 24H du Mans, dont la n°26 de G-Drive à moteur Nissan sur le podium LMP2 (3è). Guy s’en va, le nom perdurera.