DieselGate : Anomalie ou tricherie sur les Citroën C4 Cactus ?

Voir le site Automoto

Présentation de la Citroën C4 Cactus le mercredi 5 février 2014
Par Matthieu LAURAUX|Ecrit pour TF1|2017-01-17T09:19:13.241Z, mis à jour 2017-01-17T10:32:38.783Z

De nouveaux tests du laboratoire européen JRC ont indiquéune anomalie sur le SUV urbain de Citroën, précisément le C4 Cactus BlueHDi 100 chevaux, qui émettrait 3 à 4 fois plus d’oxydes d’azote que le seuil réglementaire Euro6.

Un nouveau test du laboratoire JRC (Joint Research Center), rattaché à la Commission Européenne et relaté par Le Parisien Aujourd’hui en France, révèle une véritable anomalie sur l’un des SUVs urbains le plus vendu en France, le Citroën C4 Cactus.


Anomalie ou tricherie ?

C’est précisément le modèle équipé du moteur diesel BlueHDi 100 chevaux qui est visé, suite aux essais préliminaires en conditions réelles effectués l’été 2016 par le même laboratoire, ayant fait état de 378 à 585 mg/km de NOx - oxydes d’azotes - rejetés selon les lieux (Espagne et Italie). Le seuil maximal de la norme Euro6, revendiqué par le C4 Cactus, est cependant de 80 mg/km

Plus inquiétant ce mois de janvier 2017, le C4 Cactus a été placé en conditions d’homologations normales, mais soumis à des températures hors de la fenêtre de 17 à 23°C. A 10 degrés, les émissions de NOx seraient 133,8 mg/km, et grimperaient à 281,9 mg/km à 30°C. Inquiétant pour le C4 Cactus.

Alors anomalie sur le moteur diesel, optimisation poussée des systèmes de dépollution pour passer l’homologation ou simplement tricherie via un possible logiciel façon Volkswagen ? Seule une enquête - ou des aveux - permettra de répondre à cette question, Ségolène Royal ayant déjà menacé d’autres constructeurs automobiles que Renault, impliqué officiellement dans un soupçon de fraude depuis ce lundi. Quelque soit le terme employé devant ces résultats, ce sont les consommateurs qui trinquent, pensant acheter un véhicule "relativement propre", mais hélas bien plus polluant dans la réalité.


Le crossover compact Citroën C4 Cactus au Salon de Genève lors des journées presse les 4-5 mars 2014


Une exemplarité partielle

Contrairement à tous les autres acteurs automobiles, la marque - avait via le groupe PSA - décidé en mars puis en juillet 2016 de prendre les devants en publiant les chiffres en usage réel de consommation de ses voitures, via le protocole WLTP et une validation par des organismes indépendants.

Ils se révélaient entre très supérieurs aux chiffres théoriques d’homologation affichés partout, par exemple de 5,1 l/100 km pour notre modèle de C4 Cactus ici incriminé, contre 3,6 l/100 km, soit +42%. Mais elle omettait de révéler les émissions de CO2 liées intimement à la consommation, et encore moins de NOx… Oubli volontaire ?

L'essai Automoto du Citroën C4 Cactus 2014 en version HDi 92 ch