DieselGate : Le dossier de Fiat Chrysler transmis à la Justice

Voir le site Automoto

Fiat 500 X
Par Matthieu LAURAUX|Ecrit pour TF1|2017-02-07T10:57:50.275Z, mis à jour 2017-02-07T11:01:33.464Z

Suite à Volkswagen et Renault, le groupe Fiat Chrysler est le 3ème constructeur automobile à être sérieusement inquiété en France, accusé d’avoir triché sur ses émissions d’oxydes d’azote (NOx) de ses voitures, le dossier de la DGCCRF étant transmis au parquet de Paris.

Accusé aux Etats-Unis depuis quelques semaines, Fiat Chrysler Automobiles (FCA) entre profondément dans le scandale du DieselGate, à savoir les tricheries ou mensonges sur les émissions de gaz polluants de leurs moteurs diesel. 


L’étau se resserre

En France, la Direction Générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes (DGCCRF) a signalé lundi soir 6 février 2017 avoir “finalisé ses investigations concernant la recherche d’éventuelles tromperies” en remettant un procès-verbal au Parquet de Paris.


Cette enquête judiciaire vise précisément les modèles dotés du moteur diesel 2,0 litres “MultiJet” : Fiat 500X, Doblo et Jeep Renegade. ces véhicules seraient, selon l’Agence Fédérale Allemande de l’Automobile (KBA) ayant révélé l’affaire en septembre 2016, équipés d’un système illégal annulant le catalyseur de NOx après une vingtaine de minutes, étant justement la durée d’un test d’homologation. En résulte un taux d'émissions largement plusieurs fois supérieur aux normes en vigueur. Ce mardi 7 février, FCA a cependant rappelé que ses véhicules étaient en règle.

Le groupe Volkswagen (incluant Audi, Skoda, SEAT et Porsche) et Renault (avec Dacia) font eux aussi l’objet d’une enquête judiciaire pour tromperie, respectivement depuis février et novembre 2016. Et la DGCCRF précise que des investigations se poursuivent pour 9 autres constructeurs, dont PSA et son Citroën C4 Cactus.