Dieselgate : une note salée de 14 milliards d’euros pour Volkswagen rien qu'aux Etats-Unis ?

Voir le site Automoto

Volkswagen Passat 2012 USA
Par Matthieu LAURAUX|Ecrit pour TF1|2016-06-28T07:45:29.323Z, mis à jour 2016-06-28T10:56:40.844Z

Dans l’affaire du scandale de triche sur ses moteurs diesel, le géant automobile allemand Volkswagen pourrait avoir à débourser 13,7 milliards d’euros de dédommagement aux Etats-Unis selon plusieurs sources approchées par l’agence Reuters.

Selon l’agence Reuters, Volkswagen devrait payer la somme ahurissante de 15 milliards de dollars (13,7 milliards d’euros) aux propriétaires et institutions gouvernementales américaines, dans l’affaire du Dieselgate.


Lourdes mais logiques pénalités

Depuis le 18 septembre 2015 et l’aveu deux jours plus tard du scandale aux moteurs diesel truqués, le groupe Volkswagen (incluant 11 millions de voitures dont des Audi, Porsche, Skoda et SEAT) a plongé dans une crise sans précédent, pénalisant légèrement ses ventes mondiales, son image et surtout ses finances. Aux Etats-Unis, où les actions de groupe sont légions et la tricherie sévèrement sanctionnée, le géant automobile allemand pourrait devoir débourser bien plus que les 17 milliards d’euros mis de côté, car une première note salée de 15 milliards de dollars pend au nez.


Cette somme inclut deux opérations séparées : 10 milliards de dollars maximum consacrés au remboursement aux propriétaires des 475.000 voitures concernées (au lieu des 5.000 à 10.000 dollars par véhicule évoqués auparavant) et 5 milliards de dollars pour remettre les véhicules actuels aux normes, un plan décennal de développement des modèles électriques ainsi que le paiement des avocats dans les poursuites attendues. Une source a également affirmé que Volkswagen risque une pénalité encore plus importante si 85% des voitures ne sont pas remboursées d’ici mi-2019.


Attaqué de toutes part

A noter, une affaire parallèle concernant 85.000 voitures diesel à moteur 3,0 litres V6 (Volkswagen, Porsche et Audi), polluant 9 fois plus que les normes américaines, devraient augmenter la note si le remboursement des véhicules était forcé par les autorités.

Reste également les poursuites entreprises dans les autres pays que les États-Unis : France, Allemagne, Corée du Sud ou encore Australie, entre autres...