Dans l'actualité récente

Moteurs diesel : Une information judiciaire ouverte pour "tromperie" contre Renault, qui réplique

Voir le site Automoto

Renault Captur 2013
Par Matthieu LAURAUX|Ecrit pour TF1|2017-01-13T10:55:48.002Z, mis à jour 2017-01-13T13:26:02.802Z

Soupçonné d’avoir manipulé les émissions polluantes de ses moteurs diesel, le constructeur automobile Renault est visé par l’ouverture d’une information judiciaire au parquet de Paris. Le constructeur répond ne pas utiliser de logiciel de fraude.

Volkswagen lourdement sanctionné, Fiat Chrysler accusé, le Dieselgate automobile se poursuit cette semaine avec Renault…


Le losange voit rouge

Le parquet de Paris a ouvert jeudi 12 janvier 2017 une information judiciaire à l’encontre de Renault - suspecté d’avoir manipulé illégalement ses moteurs diesel - et afin de confirmer si la “tromperie sur les qualités substantielles et les contrôles effectués avec cette circonstance que les faits ont eu pour conséquence de rendre la marchandise dangereuse pour la santé de l'homme ou de l'animal".

Dès le 29 juillet 2016, une enquête “Commission Royal” liée au ministère de l’Ecologie révélait le dépassement par de nombreux véhicules de la limite d’émissions de dioxyde de carbone (CO2) et oxydes d’azotes (NOx) en conditions réelles, loin des chiffres d’homologations en cycle théorique, pour lesquels les moteurs sont optimisés en priorité. Parmi eux, Renault était largement visé, ayant soi-disant optimisé son filtre à NOx dans ces conditions, notamment sur son SUV urbain Captur.

Le Renault Captur 2013


Renault Captur 2013

En novembre 2016, suite à la perquisition du mois de janvier, la transmission du dossier de la Direction Générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes (DGCCRF) avait été réalisée au parquet de Nanterre.

Renault se défend

Devant ces accusation, la marque française répète"respecter la législation française et européenne", précisant que "les véhicules Renault ont tous et toujours été homologués conformément à la loi et aux réglementations. Ils sont conformes aux normes en vigueur [...] et ne sont pas équipés de logiciels de fraude aux dispositifs de dépollution."

Cette semaine, Volkswagen poursuivait son scandale surnommé DieselGate en payant une seconde et lourde amende de plus de 4 milliards d’euros au pénal aux Etats-Unis, après la manipulation de ses moteurs diesel VW, Audi et Porsche via un logiciel fraudeur. Ce jeudi 12 janvier 2017, Fiat Chrysler Automobiles, au travers des Jeep Grand Cherokee et Ram 1500, a été épinglé par l’Agence pour la Protection de l‘Environnement américaine pour une pratique similaire, bien que le logiciel non déclaré n’ait été considéré comme tricherie.