Dans l'actualité récente

Le "dieselgate", la vraie raison du retrait d'Audi en Endurance ?

Voir le site Automoto

Audi R18 - 6 Heures de Fuji 2016
Par Loïc CHENEVAS-PAULE|Ecrit pour TF1|2016-10-29T13:00:06.794Z, mis à jour 2016-10-29T13:00:06.794Z

A la fin de la saison, la firme aux Anneaux va quitter l'Endurance et le WEC, une discipline dans laquelle elle a pourtant exceller en remportant notamment 13 fois les 24 Heures du Mans. Mais quelles sont les vraies raisons de ce retrait ? Explications.

La rumeur qui a précédé l'annonce était prémonitoire. Et pourtant... Quand Audi a déclaré mettre un terme à ses activités en Endurance, un séisme a secoué la planète des sports mécaniques et le circuit des 24 Heures du Mans. Le constructeur qui s'est imposé à treize reprises dans la Sarthe depuis son arrivée en 1999 a décidé de changer de trajectoire. Mais qu'elles sont les raisons de ce nouveau niveau virage ? Explications.

Grand Format : Les Français des 24 Heures du Mans 2016


La rivalité avec Porsche

Extrêmement regrettable pour le sport, ce retrait du WEC opéré par la marque aux Anneaux est en réalité logique, surtout depuis le retour de Porsche en 2014. Prestigieux et réputés dans le monde entier, les deux constructeurs allemands ont beau faire tous les deux parties du groupe Volkswagen, la compétition automobile est là et c'est dans l'ADN de la course d'avoir un gagnant et un perdant. Avec toutes les conséquences que cela peut avoir sur le plan médiatique...



A ce petit jeu, Zuffenhausen a progressivement le dessus sur Ingolstadt, pourtant une référence dans le WEC. Attention : la cohabitation entre les deux monstres teutons au sein d'une telle discipline était nécessaire pour le sport et pour l'image des deux marques. Une victoire sans concurrence aurait forcément desservi l'un ou l'autre. Cependant, comme dans toute chose, il faut trouver un juste milieu. Et il a sans doute été trouvé en cette fin d'année 2016.

No limit : la Porsche 919 Hybrid (mars 2015)


Un poison nommé « dieselgate »

Mais le fond du problème, outre cet aspect politico-médiatique, est ailleurs. Et il porte le nom de « dieselgate ». Inutile d'en rappeler les fondements, tant cette affaire a plongé le groupe Volkswagen dans la tourmente et a fait couler beaucoup d'encre. On rappellera seulement que ce dernier a accepté de dédommager ses clients étasuniens et les pouvoirs publics à hauteur de 14,7 milliards de dollars (soit 13,3 milliards d'euros) afin de régler le litige, ce qui a récemment été approuvé par la justice américaine.


Forcément, avec une telle amende à régler, la moindre économie est bonne à prendre. Encore plus dans une discipline qui est véritable une vitrine technologique pour les sports mécaniques et les voitures de demain. A ce sujet, Audi a toujours été intransigeant en élevant au plus haut niveau le diesel dans la catégorie reine de l'Endurance. Or, faire courir des prototypes avec ce type de motorisation (bien que l'hybridation se soit invitée à la fête) n'est sans doute pas la meilleure stratégie afin d'améliorer une cote de popularité en berne compte tenu du contexte. D'autant que la firme aux Anneaux a aussi changer sa ligne de conduite pour l'avenir.

Plein Phare : Faut-il encore acheter une voiture diesel ? (mars 2016)


Audi tourné vers un futur électrique et autonome

Cette nouvelle philosophie se voit de plus en plus dans les derniers salons et autres évènements automobiles : Audi privilégie la voiture électrique et la conduite autonome comme en témoigne le prototype RS 7 développé depuis quelques années par le constructeur teuton. La firme d'Ingolstadt compte désormais en faire de même dans le sport et n’hésite pas à l'affirmer haut et fort. « Nous allons nous concentrer sur les courses utilisant l'énergie électrique à l'avenir. Comme nos voitures de production utilisent de plus en plus le mode électrique, nos voitures qui roulent en sport automobile doivent en faire de même », a commenté à ce sujet Rupert Stadler, le président du directoire de la marque aux Anneaux.

Duel Automoto : l'Homme face à l'Audi autonome sur circuit, qui l'emporte ? (décembre 2014)


Voilà pourquoi l'implication d'Audi en Formule E va s'intensifier avec la création d'une équipe à part entière pour la saison 2017-2018 tout en continuant le partenariat avec le team Audi Sport ABT Schaeffler. Mais que les puristes se rassurent (un peu) : la marque allemande n'oubliera pas le DTM, discipline dans laquelle elle est aussi devenue une référence avec notamment 4 titres dédiés aux constructeurs décrochés depuis 2004.

24 Heures du Mans 2014 : le résumé de la victoire d’Audi