DS7 Crossback 2017 : La parfaite alternative aux SUVs premium allemandes ?

Voir le site Automoto

DS7 Crossback 2017
Par Matthieu LAURAUX|Ecrit pour TF1|2017-02-28T10:28:06.105Z, mis à jour 2017-02-28T16:06:28.787Z

Présenté en amont du Salon automobiles de Genève, le premier SUV de la marque DS Automobiles, le DS7 Crossback, se dévoile avec une plastique héritant des concept-cars, un intérieur soigné et un haut de gamme hybride rechargeable de 300 ch.

Prévu ce mardi 28 février après-midi, le DS7 Crossback n’aura pas attendu la présentation officielle de 14 heures pour se dévoiler en détails. Ce SUV peut-il redonner des couleurs à DS Automobiles, en difficulté depuis quelques années ? Premiers éléments de réponse.

Promesses stylistiques tenues

Concrètement, ce SUV est un mélange entre les 3 derniers concept-cars : le Wild Rubis de 2013, la Divine DS de 2014 et l’E-Tense de 2016. Il reprend au premier la carrure haut-perchée aux faux airs d’Audi Q5 - et soupçon d’Infiniti QX70 - peut-être un tantinet trop classique, au second la calandre originale aux crosses chromées, et au troisième les atypiques feux arrière à motif triangulaires. Sur le point des optiques, spécialité de DS, la marque ne déçoit pas et vient apporter des projecteurs avant au trio façon “rubis”, pivotants (héritage de l’ancienne DS), et bien entendu 100% diodes.

En dimensions, les 4,57 mètres de longueur viennent placer ce DS7 Crossback 6 centimètres plus court que l’Audi Q5 et 9 cm des BMW X3 et Mercedes-Benz GLC. La longueur est elle affichée à 1,89 mètre, la hauteur à 1,62 m, soit aussi large mais plus bas que ses rivaux d’outre-Rhin. N’oublions pas les Lexus NX, Land Rover Discovery Sport, Alfa Romeo Stelvio ou futurs Volvo XC60 et Infiniti QX50.

► Le DS7 Crossback en photos officielles


DS7 Crossback 2017

Habitacle distingué

L’intérieur est probablement la partie la plus étonnante de de SUV DS. Nous y retrouvons l’atmosphère de la DS5 avec ses boutons autour du levier de vitesses, mais la planche de bord offre une ambiance unique, lisse, ponctuée de surpiqûres, de l’écran tactile flottant 12 pouces d’inspiration Citroën concentrant les rares autres commandes, d’aérateurs à pointillés chromés, d’un chronographe BRM escamotable, du volant à méplat inférieur qui rappellera aussi la firme aux anneaux, et de l’instrumentation numérique.

L’équipement, selon finitions, proposera une conduite semi-automatique (niveau 2 sur 5 combinant vitesse adaptative, direction dans une voie, freinage d'urgence automatique), cuir Nappa intégral, suspensions actives lisant la route via une caméra, système audio Focal 14 haut-parleurs, cristal Bréguet, ou une vision nocturne.

► Le DS7 Crossback en photos officielles


DS7 Crossback 2017

Puissance à la hauteur

Sous le capot du DS7 Crossback, beaucoup se réjouiront d’une puissance enfin honorable pour les ambitions haut de gamme, là ou la DS5 pointait au mieux à 210 chevaux. Pour ce SUV, la haut de gamme sera une version hybride rechargeable (200 essence + 110 électriques) pour un cumul de 300 chevaux/450 Nm via boîte automatique 8 rapports et 4 roues motrices, où la batterie de 13 kWh permet 60 kilomètres en tout électrique. Avec ces données, le DS7 deviendra la voiture française la plus puissante du marché.

Rassurez-vous, des versions essence 1,2 litre “PureTech” 130 ch, 1,6 litre “THP” 180 et 225 chevaux sont au programme, ainsi que des diesel 1,6 litre BlueHDi 130 et 180 ch. les modèles 130 chevaux proposeront des boîtes manuelle 6 rapports.

Ce DS7 sera dévoilé en bonne et due forme lors du Salon de Genève le 7 mars, s’exposera du 9 au 19 mars aux visiteurs, et devrait être lancée à l’été. Le prix de base serait de 36.000 euros (estimation).

Une première édition de lancement "La Première" sera disponible à la commande dès le 7 mars, avec 3 teintes au choix (Gris "Artense", noir "Perla Nera" et blanc nacré), et deux motorisations essence 225 ch et diesel 180 ch.



en savoir plus : Salon International de l'Automobile de Genève