Dans l'actualité récente

Ducati revendu par Volkswagen ?

Voir le site Automoto

Ducati Mugello 2016
Par Matthieu LAURAUX|Ecrit pour TF1|2016-06-14T10:16:28.852Z, mis à jour 2016-06-14T10:39:04.134Z

Conséquence probable du Dieselgate selon le média allemand Spiegel, le groupe automobile Volkswagen pourrait se séparer de sa branche moto Ducati, achetée il y a seulement 4 ans.

Le scandale de la triche sur la pollution a ébranlé le groupe Volkswagen depuis le mois de septembre 2015. Malgré des ventes maîtrisées, les finances s’assombrissent pour le géant automobile allemand qui a mis de côté 16 milliards d’euros pour la modification des moteurs des véhicules incriminés (11 millions dans le monde) assurer d’éventuelles poursuites judiciaires.


Rumeur précipitée, puis insistante

Dès les premiers jours de l’affaire, de nombreuses rumeurs ont émaillé Volkswagen, avec de possibles reventes de certaines marques, comme les camions MAN/Scania, les luxueuses Bugatti et Bentley, l’espagnole SEAT, ainsi que Ducati.

La filiale moto revient à l’actualité cette semaine via le journal allemand Spiegel, à quelques jours de deux évènements majeurs du groupe : le nouveau plan stratégique "2025" présenté ce 16 juin et l’assemblée des actionnaires ce 22 juin présidée par le PDG Matthias Müller. En effet, selon Spiegel, Volkswagen pourrait annoncer la revente de Ducati, ainsi que de MAN Diesel & Turbo, fabricant de moteurs, afin de consolider les finances du groupe dans cette crise, dégageant quelques 5 milliards d'euros. Ducati n’a pas encore commenté cette rumeur.

"Volkswagen en difficulté, mettrait en vente Ducati selon des rumeurs"


Un mal pour Ducati ?

Cependant, serait-ce serait un revers pour la marque italienne, rachetée il y a seulement 4 ans, en 2012, pour environ 860 millions d’euros ? Sous l’égide de VW, ses ventes ont décollé, avec quasiment 55.000 motos écoulées en 2015, contre 42.200 en 2012, mais le manque de soutien de Volkswagen et la recherche d’un repreneur pourrait mettre à mal certains projets et donc impacter les résultats de ces prochaines années.

Pour rester optimiste, sans le groupe automobile teuton, l’ère du propriétaire Investindustrial avait déjà fait bondir les ventes de 20% entre 2006 et 2012 et augmenter les bénéfices de 27 à 94 millions d’euros.