F1 - Ecclestone veut enfin proposer une solution équitable pour les écuries !

Voir le site Automoto

Bernie Ecclestone au Grand Prix F1 du Japon le 2 octobre 2009
Par Julien PEREIRA|Ecrit pour TF1|2016-06-29T13:02:59.419Z, mis à jour 2016-06-29T14:39:43.314Z

Bernie Ecclestone, le grand argentier de la Formule 1, a admis qu’une répartition plus juste des revenus commerciaux pour les écuries était nécessaire.

A 85 ans, Bernie Ecclestone a peut-être ouvert les yeux. Le milliardaire britannique, souvent très critiqué pour sa tendance à privilégier les écuries historiques de la Formule 1 et à n’accorder que peu d’attention aux équipes moins fortunées, a évoqué l’idée d’une refonte du système de revenus accordés aux différentes marques.

Comme en Premier League

"Je vais regarder attentivement comment ça se passe pour voir si je peux trouver quelque chose de plus égalitaire pour toutes les écuries", a dit le patron de la FOM dans le Times. Le promoteur de la F1 souhaite s’inspirer du modèle de la Premier League, le Championnat de football anglais, où le pourcentage de revenus lié au classement et à l’exposition médiatique est le même.


La répartition actuelle permet notamment à Ferrari de toucher des sommes considérables et plus importantes que Mercedes, malgré des résultats sportifs inférieurs à ceux du constructeur allemand. Grâce à sa présence en Championnat du monde depuis 1950 lui accordant un statut particulier, la firme italienne perçoit une prime d’environ 60 millions d’euros, cumulée à une enveloppe de 30 millions d’euros offerte à toutes les écuries, et à une somme dépendante du nombre de points obtenus au classement.

170 millions d’euros…

La FOM, accorde aussi un statut d’équipe historique à McLaren,  Red Bull et Mercedes, leur permettant de toucher des revenus compris entre 30 et 40 millions d’euros. Au total, en 2015, Ferrari a ainsi perçu près de 170 millions d’euros, soit 130 de plus que… Manor


Du coup, même si la volonté de Mister E se confirme, les grands patrons de la marque au Cheval Cabré vont certainement tenter d’y imposer leur véto. Avec les accords en vigueur, le système de revenus commerciaux actuel est déjà certain de rester inchangé jusqu’en 2020.