Economie - VTC vs Taxis, la guerre continue avec, dans le viseur, le projet de loi Thévenoud

Voir le site Automoto

Taxi Borne Lumineuse 2010
Par Martin TRAN|Ecrit pour TF1|2014-07-21T14:27:00.000Z, mis à jour 2014-07-21T14:31:59.000Z

Si ces derniers mois nous avons eu l'habitude de voir les taxis en grève pour manifester contre la menace des Véhicules de Tourisme avec Chauffeur (VTC), ce sont bien ces derniers qui ont manifesté dans les rues de la capitale ce lundi. Explications, notamment sur le projet de loi Thévenoud.

Les chauffeurs de cinq sociétés de Véhicules de Tourisme avec Chauffeur (VTC) ont manifesté ce lundi au coeur de Paris. Comme les taxis plusieurs fois cette année, ils sont mécontents des mesures prises à leur encontre...

Thomas Thévenoud, cible des VTC
Le 10 juillet dernier, un projet de loi a été adopté par l'Assemblée, passage obligé avant le vote au Sénat. Ce projet de loi demandé par les taxis, les sociétés de Véhicules de Tourisme avec Chauffeur (VTC) n'en veulent pas. Pour cause : Thomas Thévenoud, l'initiateur de cette loi, voudrait rééquilibrer les forces entre les taxis et les VTC. Comment ? En faisant rentrer au dépôt chaque véhicule entre chaque course. Une aberration selon les VTC qui ont donc décidé de manifester...

La loi Thévenoud, « un non-sens complet » selon les VTC
Place Vauban, non loin de la Tour Eiffel, grand lieu de tourisme à Paris, les chauffeurs de cinq sociétés de VTC ont donc décidé de bloquer la circulation afin de manifester contre ce projet de loi que Yan Hascoet, secrétaire général de la Fédération française du transport de personnes sur réservation (FFTPR) et fondateur de Chauffeur-Privé, a qualifié d'absurde : « C'est un non-sens complet d'un point de vue écologique, urbanistique et économique, qui pourrait mettre en péril des milliers d'emplois. Et si vous forcez les chauffeurs à faire des dizaines de kilomètres en plus entre chaque course, vous polluez inutilement »

La guerre continue donc entre les taxis et les VTC qui grappillent chaque jour toujours plus de parts de marché.