Essai Ford Kuga 2.0 TDCi : De la dynamique et du style

Voir le site Automoto

Essai Ford Kuga 2.0 TDCi : dynamique et stylé
Par etf1|Ecrit pour TF1|2008-08-13T16:33:00.000Z, mis à jour 2008-08-13T16:33:00.000Z

4x4 conçu et réalisé entièrement par Ford Europe pour le première fois, le Kuga allie les qualités d'un monospace et d'un tout-terrain.

Présentation

Lorsque Ford annonça en 2006 que son concept Iosis X donnerait lieu à un véhicule de série très ressemblant, les doutes fusèrent. Et pourtant, deux ans plus tard, c’est bien à un SUV du même calibre que nous avons affaire ! Le Kuga reprend en effet les valeurs fortes du prototype, à savoir un capot bossé, une ceinture de caisse plongeante, des passages de roues prononcés ou encore un extracteur muni d’une double sortie d’échappement. Autant d’ingrédients qui font de ce crossover de 4,44m de long (1 cm de plus que le VW Tiguan) une véritable référence stylistique, avant même sa commercialisation ! Enfin, une fois n’est pas coutume, les imposantes jantes alliage de 19 pouces du concept sont disponibles en option (800 euros en finition Titanium).

Intérieur

Prenez un C-Max, ajoutez lui des inserts colorés et vous obtiendrez à peu de choses près l’habitacle du Kuga. Un résultat globalement flatteur qui s’accompagne néanmoins de quelques défauts d’ajustement (du jeu au niveau des contre-portes et des inserts de la console centrale). Côté vie à bord, le Kuga se montre plutôt confortable grâce, notamment, à la présence d’agréables sièges enveloppants. Les conducteurs de petit gabarit apprécieront sans doute d’avantage les assises de la finition Trend (en tissu) qui offrent beaucoup de maintien, tandis que les personnes un peu larges d’épaules devraient se sentir plus à l’aise en finition Titanium. Cette dernière est en effet pourvue d’une sellerie cuir/tissu plus souple et par conséquent moins présente en maintien latéral. Les passagers arrière (2 adultes + 1 enfant) sont eux correctement installés bien que manquant un peu d'espace par rapport au Tiguan. On appréciera notamment les trois options que sont le toit panoramique fixe (550 euros), la prise de courant 230 V (115 euros) située à l’arrière de la console centrale et la caméra de recul couplée au système de navigation (1 850 euros en finition Titanium). Les connectiques MP3 et USB sont en revanche offerts de série, de même que le système audio CD avec commandes au volant, les rétroviseurs extérieurs chauffants ou encore l’air conditionné à réglage manuel. Enfin, bien que s’ouvrant en deux parties et permettant un accès aisé, le coffre propose un volume de chargement légèrement inférieur à la concurrence avec de 360 à 1 410 litres de chargement. Il se rattrape en revanche avec l’emplacement réservé au cache-bagages (au sein d’un espace supplémentaire de rangement de 50 litres situé sous le plancher) et sa banquette arrière qui, une fois rabattue, permet d’obtenir une surface totalement plane.

Moteur

Malgré ses 1613 kg, le Kuga s’accommode relativement bien du 2.0 TDCi de 136 ch partagé par Ford et PSA. Un bloc diesel, comme le veut le marché, équipé d’une boîte à six rapports bien étagée mais dont les deux premières vitesses ont tendance à légèrement accrocher, levier en main. Si ses 320 Nm de couple lui confèrent de belles relances et autorisent une conduite dynamique, nous avons en revanche souvent dû nous contenter du 2ème rapport sur les routes très escarpées de la région de Jerez (au sud de l’Espagne) afin d’éviter au moteur de s’essouffler, notamment dans les virages serrés. Un léger désagrément qui n’empêche pas le Kuga d’être quasiment aussi performant que la concurrence sur l’exercice du 0 à 100 km/h avec 10,7s contre, par exemple, 10,5s pour le VW Tiguan et le Toyota RAV4. Le crossover de Ford se montre en revanche moins gourmand à la pompe avec une consommation de seulement 6,4 l/100 km. De quoi lui permettre d’afficher les rejets de CO2 les plus bas de la catégorie avec 169g/km. Un appétit mesuré dont ne sera, sans aucun doute, pas capable le 2.5 essence de 200 ch que Ford compte introduire dans la gamme, d’ici la fin de l’année.

Sur la route

Avec un design aussi athlétique, le petit nouveau était forcément attendu au tournant. Un virage qu’il négocie sans le moindre problème en vertu de sa très faible prise de roulis, traditionnel talon d’Achille des SUV. Une belle réussite qui s’accompagne, comme c’est souvent le cas dans pareil situation, de suspensions légèrement trop fermes. Profitant du très bon châssis de la Ford Focus, le Kuga se montre particulièrement précis et affiche un comportement digne d’une berline. Il profite qui plus est d’une toute nouvelle transmission intelligente à 4 roues motrices, véritable gage d’adhérence et par là-même de sécurité. Ford s’attache cependant à proposer en plus une version 2 roues motrices qui, de par son prix inférieur (27 350 euros), devrait permettre à d’avantage de conducteurs de se laisser tenter par son crossover. A noter, un freinage plutôt mordant et la possibilité de régler la direction selon trois degrés d’assistance. Enfin côté sécurité, le Kuga dispose de série de l’ESP (avec contrôle du roulis), d’un ABS avec répartiteur de freinage, d’un régulateur de vitesse, de 6 airbags ainsi que d’une aide au freinage d’urgence. Un tout nouveau système de détection de la pression des pneus est par ailleurs proposé en option pour 200 euros.

Bilan

Disponible en 2 ou 4 roues motrices, le dernier né des Ford fait autant valoir ses aptitudes dynamiques que son design novateur. Des qualités qu’il conviendra de mettre dans la balance au moment de choisir votre SUV compact, d’autant que les tarifs du Kuga sont à 500 euros près les mêmes que ceux du Volkswagen Tiguan et du Toyota RAV4. Comptez 29 350 euros pour un modèle 4x4 en finition Trend. Sa commercialisation a débuté le 19 avril dernier.