Essai Peugeot 308 SW HDI 110 : Félin version monospace

Voir le site Automoto

Essai Peugeot 308 SW HDI 110 : le « breakospace »
Par etf1|Ecrit pour TF1|2008-08-13T16:33:00.000Z, mis à jour 2008-08-13T16:33:00.000Z

La 308 SW apparaît sur le marché des SportWagon et Peugeot poursuit le concept de break version monospace déjà essayé avec la 307 SW. La marque au lion y ajoute une félinité exacerbée et une pointe d'espace supplémentaire.

Un look soigné

Après la commercialisation remarquée de la berline 308, c’est au tour de la version SW de faire son entrée sur le marché. La 307 SW avait connu un franc succès avec près d’un million d’exemplaires produits dans le monde. Reprenant la même formule, la 308 SW se caractérise par un volume et une modularité à mi-chemin entre le break traditionnel et le monospace, le tout éventuellement coiffé par un toit panoramique vitré. La face avant de la 308 SW est entièrement reprise de la berline. Féline à souhait, sa calandre béante barrée de chrome encerclée par deux imposantes optiques effilées, atteint ici son paroxysme. Peugeot annonce d’ailleurs un léger retour en arrière pour les versions à venir. L’arrière, en revanche, est totalement nouveau. Il adopte des feux arrondis qui mordent sur la ceinture de caisse et une lunette arrière panoramique cintrée à ouverture indépendante du hayon (sur les finitions hautes). Un style sexy aux antipodes du look cubique de la 307.

D’allure compacte, la 308 SW est pourtant plus longue que la berline de 22 cm (7 cm par rapport à la 307 SW). Sa ligne affiche un certain dynamisme, en partie dû au dessin incliné de la vitre de custode arrière. La largeur du break est également en hausse de 5,3 cm par rapport à la 307 SW. Une poussée de croissance qui se traduit dans l'habitacle par une augmentation non-négligeable de la largeur aux coudes. Enfin, seule la hauteur est revue à la baisse, de plus de 1 cm, pour abaisser le centre de gravité. En outre, la 308 SW propose un toit panoramique en verre 27 % plus grand que la génération précédente, atteignant 1,68 m². Immense !

Habitabilité à la hausse

L’atout majeur de la 308 SW est sans conteste son habitacle. Sa planche de bord est identique à celle de la berline et présente donc le même niveau de finition, et une qualité perçue encore jamais vue dans une française. Autre bon point, l’espace n’est pas qu’un sentiment. L’empattement plus long de 10 cm par rapport à la berline profite à l’habitacle. Cerise sur le gâteau, la modularité rivalise avec les meilleurs monospaces. Les trois sièges arrière sont désormais de taille identique. Tous sont coulissants sur 9 cm, et leurs dossiers sont inclinables. Également rabattables et amovibles, ils libèrent un volume de coffre conséquent : 2 149 litres (674 litres sièges en position). C’est plus qu’une 407 SW. Il est toujours possible de commander 2 sièges supplémentaires pour en faire une version 7 places. La troisième rangée n'accueillera alors que des petits gabarits. A l’inverse, à condition de n’utiliser que 2 sièges sur la deuxième rangée, pour profiter d’un maximum d’espace, il est possible de les recentrer sur d’autres points d’encrages prévus à cet effet. D’un poids acceptable, ils se manipulent en un tour de main. Peugeot a d'ailleurs eu la bonne idée de placer des capteurs par induction pour les témoins de bouclage de ceinture. Pas besoin donc de brancher quelques fils que ce soit. Enfin, les inévitables tablettes aviation font leur apparition sur les finitions hautes. Le régulateur de vitesse s’invite dès le deuxième niveau de finition, tout comme le toit panoramique en verre. L’entrée de gamme étant, en fait, une version plus proche du break traditionnel avec une banquette arrière et un toit en tôle.

Un appétit d’oiseau

La 308 SW offre une large gamme de motorisations. Côté diesel, l’entée de gamme est représentée par un quatre cylindres 1.6 HDI de 90 ch, le plus gros des ventes étant réservé au 1.6 HDI 110 ch avec filtre à particules. Enfin, le 2.0 HDI FAP 136 ch assurera les demandes haut de gamme. Pour les moteurs essence, l'offre s’étend de 95 à 175 ch avec une version THP à venir.

Le 1.6 HDI 110 ch essayé surprend par ses performances un peu en dessous de nos attentes. Il faut dire que la 308 SW est lourde : 1 495 kg. Résultat, le petit quatre cylindres a fort à faire et la toute nouvelle boîte mécanique à 6 rapports qu’il inaugure n’arrange que faiblement le tableau. Les accélérations sont acceptables, mais les reprises un peu laborieuses. D’ailleurs le 0 à 100 km/h effectué en 12,5 s et les reprises de 80 à 120 km/h en 5ème réclamant 10,8 s confirme cette impression. Poussif, le HDI 110 ch se rattrape par son appétit d’oiseau : 5,1 l/00 km/h. Une consommation également obtenue grâce à des pneumatiques Michelin Energy Saver.

Sur un rail !

Si le conducteur ne s’amusera pas à cravacher les 110 ch du moteur, il pourra en revanche se consoler sur les routes sinueuses avec le bon équilibre du châssis de la 308 SW. Avec une augmentation de 15 % de la rigidité torsionnelle de la caisse et un train arrière raffermi pour supporter le surcroît de charge du break, la Peugeot offre une très bonne tenue de route et un comportement routier très sain et dynamique. La direction est consistante et précise, et le freinage à la hauteur. La prise de roulis est très bien contenue, malgré les 30 kg du toit vitré placé bien haut. Bref, sur ce point la 308 flirte avec le sans faute, le tout dans un bon niveau de confort. On n’en attendait pas moins de Peugeot qui maîtrise depuis longtemps déjà la mise au point de ses châssis.

Confortable et modulable

Malgré une motorisation HDI 110 ch un peu juste, la 308 SW séduit par son châssis et sa qualité de vie à bord. L’habitacle offre tout ce qu’une famille peut rechercher : espace, modularité et confort. Les plus fortunés pourront toujours se tourner vers une version 2.0 HDI 136 ch ou encore une version essence THP 150 ch très séduisante, avant l’arrivée de l’ultime version THP 175 ch. Le modèle « break » de base avec une banquette arrière sans toit panoramique est affiché à 18 050 euros. La 308 SW HDI 110 ch premium se vend, elle, 24 750 euros. Pour notre modèle d’essai, 308 SW HDI 110 ch Féline, il faudra débourser 28 500 euros.