Essai : Porsche Cayenne Diesel

Voir le site Automoto

Photo 1 : Essai Porsche Cayenne Diesel : ils ont osé !
Par Raphael SYLVESTRE|Ecrit pour TF1|2009-03-27T10:28:00.000Z, mis à jour 2009-03-27T10:28:00.000Z

Porsche s'était autrefois juré de ne jamais commercialiser de véhicule Diesel. C'est désormais chose faite avec ce Cayenne, qui profite du savoir-faire d'Audi dans ce domaine.

En souvenir d'un bon vieux tracteur

Malgré les apparences, il existe un point commun entre le premier tracteur diesel fabriqué en 1949 et le Cayenne : ce sont tous les deux des Porsche ! Eh oui, avant de commercialiser d’incroyables sportives, le célèbre constructeur allemand fabriquait des engins agricoles.

Il n’en faudra sans doute pas plus aux puristes pour critiquer l’arrivée d’un moteur diesel et, qui plus est, sous le capot de ce SUV si décrié lors de son lancement en 2002. Toujours est-il que si Porsche va aussi bien aujourd’hui, et détient plus de 50% du capital du groupe Volkswagen, c’est en grande partie grâce aux ventes du Cayenne (plus de 200 000 exemplaires vendus dans le monde).


Toujours aussi confortable

A l’instar de la carrosserie, l’habitacle ne permet en rien de distinguer visuellement cette version diesel du V6 essence. Enfin presque rien, puisque l’unique différence se situe au niveau du compte-tour dont la zone rouge débute dès 4 500 tr/mn (soit 2 000 tr/mn plus tôt).

Pour le reste, le Cayenne reste fidèle à lui-même et propose un grand confort à ses occupants ainsi que des matériaux très bien ajustés. L’espace à bord est généreux, la position de conduite se trouve très facilement, en revanche quelques détails continuent de faire grincer des dents.

Ainsi, la climatisation automatique, le régulateur de vitesse ou encore l’aide au stationnement ne sont pas proposés de série, et nécessitent donc de piocher dans la très longue liste des équipements en option. Une mesquinerie malvenue dans un SUV facturé plus de 50 000 euros. Enfin, pour rappel, le coffre du Cayenne peut accueillir de 540 à 1 770 litres de chargement.


Jusqu’à 1 000 km avec un plein

C’est parce que Porsche est désormais l’actionnaire majoritaire du Groupe Volkswagen, que le Cayenne peut aujourd’hui profiter d’un diesel d’origine Audi. En l’occurrence le V6 3.0 TDI de 240 ch déjà utilisé par le Q7 et le Q5, mais également par le VW Touareg. Un moteur de qualité qui, grâce à sa technologie Common rail (à injecteurs piezo-électriques) et l’utilisation d’un turbocompresseur à géométrie variable, offre un bel agrément de conduite au SUV allemand.

Ainsi, par rapport au V6 3.5 essence de 290 ch, il apporte 165 Nm de couple supplémentaire, soit un total de 550 Nm, et qui plus est disponibles bien plus bas dans les tours. Résultat, le Cayenne diesel se distingue par de meilleures performances, avec notamment un 0 à 100 km/h effectué en 8,3 s (contre 8,5 s) et des reprises légèrement plus vives.

Ajoutez à cela une très bonne insonorisation, l’absence de vibration, ainsi qu’une consommation en baisse de 28% (9,3 l/100 km en moyenne), et vous obtenez un cocktail plutôt bien né qui devrait représenter, selon Porsche, près de 40% des ventes de Cayenne en 2009. D’autant qu’avec des rejets de CO2 limités à 244 g/km, le mastodonte allemand échappe à présent aux 2 600 euros de malus écologique (mais pas aux 1 600 euros), ainsi qu’à l’annualisation de ce dernier.


Le comportement d'une berline

Hormis quelques kilos de pris, le passage au diesel n’a rien changé aux aptitudes sportives du Cayenne. Le SUV allemand se comporte toujours aussi bien que la plupart des berlines et, malgré sa hauteur de caisse importante, ses prises de roulis sont plutôt bien maîtrisées. Une performance qu’il doit autant à la rigidité de sa structure qu’à la rigueur de son amortissement. Ceci étant, et malgré un confort de bonne facture, les jantes de 20 pouces de notre modèle sont à éviter pour qui souhaite ne pas trop ressentir les défauts de la route.

Tant qu’à investir dans des options, les suspensions pneumatiques (2 978 euros) avec hauteur de caisse variable nous paraissent être un meilleur choix. Enfin, la principale différence avec le Cayenne diesel est la présence de série de la boîte de vitesse Tiptronic S à six rapports, qui dispose pour l’occasion de la touche Sport permettant de jouer sur la cartographie moteur, les suspensions et l’optimisation du temps de passage des vitesses.


Bilan

Pour seulement 300 euros de plus que la version V6 essence à équipement équivalent, le Cayenne diesel offre davantage de performances tout en consommant presque 30% de carburant en moins. Et rien que pour cela, il a le mérite d’exister ! Mais quitte à faire attention à ses rejets de CO2, pourquoi ne pas attendre l’arrivée du Cayenne Hybride prévu pour 2010 ? D’autant que ce dernier est annoncé plus puissant et consommant moins de 9l/100 km.