Essai : Seat Ibiza Cupra Bocanegra

Voir le site Automoto

Essai Seat Ibiza Cupra Bocanegra : Bouche noire et dents longues
Par Raphael SYLVESTRE|Ecrit pour TF1|2009-08-10T13:26:00.000Z, mis à jour 2009-08-10T13:26:00.000Z

La version ultime de la GTI espagnole a de sérieux arguments à faire valoir. Aussi agressive extérieurement qu'intérieurement, la Seat Ibiza Cupra en finition Bocanegra ne lésine pas sur les moyens.

Il faut remonter en 1975 pour connaître les origines de l'appellation Bocanegra (bouche noire en espagnol). Le modèle de l'époque était la 1200 Sport et se caractérisait principalement par ses performances améliorées et une face avant entièrement noire. Un concept remis au goût du jour pour les 25 ans de l'Ibiza.

La finition Bocanegra est disponible sur les Ibiza FR et Cupra, modèles les plus sportifs de la gamme. Nous avons essayé la version Cupra dont le 1.4 TSI suralimenté, qu'elle partage avec la nouvelle Polo, développe 180 ch.


Par rapport aux précédents modèles portant la griffe Cupra, la nouvelle Seat Ibiza dévoile un coup de crayon plus subtil et complexe, avec notamment ses blocs optiques plus inclinés formant une face avant en flèche, "l'Arrow Design" comme on l'appelle au centre de design Seat. Des lignes acérées que l'ont retrouve de la calandre jusqu'au hayon.

La partie arrière est moins massive qu'auparavant et profite, via la finition Cupra et Bocanegra, d'une énorme sortie d'échappement centrale et d'un bas de caisse type "extracteur". 2 éléments qui ne laisseront pas indifférent les amateurs de compétitions. Le tout est complété par un toit semi-ouvrant et des jantes 5 branches de 17 pouces. A noter que la finition Bocanegra ne sera disponible qu'en deux coloris, le rouge Dakota de ce modèle d'essai et un blanc Candy très tendance.


L'intérieur de la Seat Ibiza Cupra Bocanegra utilise logiquement les bases de l'habillage Cupra avec une légère personnalisation. Ainsi les sièges baquets sont du plus bel effet, avec des coutures rouges croisées (blanches pour la Cupra "standard") et sont badgés du logo Bocanegra. Un logo que l'on retrouve sur le volant cuir trois branches, là aussi aux coutures rouges et habillé d'inserts plastiques en imitation carbone. Idem pour la jupe de pommeau de levier de vitesse. Des touches de rouge qui ressortent particulièrement bien dans l'habitacle entièrement noir, brillant ou mat, rappelant le concept Bocanegra. Si dans l'ensemble cet intérieur génère une ambiance sportive, on aurait apprécié des matériaux un peu plus souple et valoirisants.

Côté équipement, on trouve une installation audio mp3 à six haut-parleurs avec entrée auxiliaire et USB compatible iPod. Sont inclus également des commandes radio et téléphone au volant gérant la connection bluetooth.

Sous le capot de cette Seat Ibiza « bouche noire » se cache un bloc 1.4 TSI suralimenté par deux turbos et refroidi par un nouvel intercooler. La nouvelle Ibiza se met au downsizing avec des performances et un rendement moteur en hausse. Le 0 à 100 est abattu en 7.2s pour une vitesse maxi de 225 km/h. Cette motorisation, en plus d'être performante et démonstrative, émet un son rageur qui produit son effet et attire la curiosité. Un agrément completé par des émissions de CO2 limitées à 148g/km. Pour obtenir ce résultat, les ingénieur Seat ont modifié l'étagement de la boite DSG pour obtenir des rapports plus longs. Les reprises manquent donc parfois d'un peu de punch, un inconvénient toutefois compensé par l'efficacité de la boîte double embrayage.

Équipée du système d'autoblocant XDS, ce modèle bénéficie également d'amortisseurs rigidifiés, d'une barre stabilisatrice et d'une garde au sol rabaissée. Le package complet d'aides à la conduite est également inclus, ABS, TCS et ESP, ce dernier pouvant se déconnecter pour plus de caractère.


Au volant, la Bocanegra offre un plein de sensations immédiates. Jouer avec la boite DSG pour libérer les 180 ch de cette petite bombe est un réel plaisir. Un comportement à la fois sportif mais aussi sécurisant en toute circonstances du fait de l'omniprésence des aides électroniques.

Malgré tout, la Seat Ibiza peut parfois manquer d'enthousiasme en courbe du fait d'un train avant encore trop souple et d'une direction manquant de précision. Le système de freinage, quand à lui, est le résultat d'une étroite collaboration avec AP. Les plus exigeants lui trouveront néanmoins un léger manque d'endurance. Pas de quoi s'alarmer pour autant, les performances sont là et conviendront à une clientèle jeune qui appréciera plus globalement le sex appeal de cette Cupra, à la fois esthétique et technologique.

Produit à 1000 unités par an, cette Seat Ibiza annoncée comme collector réclame 870 euros de plus que la Cupra standard. Ce qui porte l'addition à 23.135 euros.