Essais : le break Volvo V90 meilleur que ses concurrents Audi et BMW ?

Voir le site Automoto

Volvo V90
Par Lucas VINOIS|Ecrit pour TF1|2016-07-10T13:58:31.181Z, mis à jour 2016-07-26T12:25:59.152Z

Présenté en mars dernier au salon de Genève, le Volvo V90 est un digne descendant de la lignée des breaks de la marque suédoise. Suffisant pour mettre à mal la domination de Mercedes sur ce segment ?

Volvo s'est payé le scalpe du nouveau joueur de Manchester United - Zlatan Ibrahimovic - pour faire la promotion de son nouveau break. De quoi permettre de concurrencer les premiums Mercedes, Audi et BMW ?


Une montée en gamme

Comme l'a souligné Yves Pasquier-Desvignes - président de Volvo Car France - la marque souhaite "revenir sur le créneau des premiums allemandes, et petit à petit [cibler] les concurrentes" afin de faire son retour en force sur ce marché.

Un break digne de ce nom

D'une longueur de 4.94 m, le V90 est très long, ce qui lui permet d'envisager le statut d'alternative aux gros SUV premiums. Les lignes propres aux différents breaks du constructeur de Göteborg ont été conservées. Toutefois, ce modèle se veut résolument moderne, les phares led en attestent.

La grosse nouveauté de ce modèle réside en l'apparition d'un système de conduite autonome très perfectionné. Une fois ce mode activé, plus besoin de tourner le volant ni d'accélérer et de freiner. Le véhicule gère absolument tout jusqu'à une vitesse de 130 km/h.

Le Premium a un coût

Le modèle haut de gamme - testé par Automoto - est facturé 74.470 euros. C'est plus cher que la BMW Série 5 (73.730 euros), mais moins onéreux si nous le comparons à l'Audi A6 (76.475 euros).

Le Volvo V90 est bien digne du segment premium, mais semble encore un peu juste pour concurrencer le roi du marché, le Mercedes Classe E break, qui se renouvellera en fin d'année.