Étude : les régulateurs de vitesse augmentent la somnolence

Voir le site Automoto

Peugeot 208 essai Automoto
Par Matthieu LAURAUX|Ecrit pour TF1|2013-07-12T09:35:00.000Z, mis à jour 2013-07-12T09:42:41.000Z

Censés améliorer le confort de conduite, les limiteurs et régulateurs de vitesses sont accusés par une étude d'accroître la somnolence et d'abaisser la vigilance des conducteurs.

elon le rapport de la Ci2N, les régulateurs et limiteurs de vitesse augmenteraient la somnolence de 25%.

Paradoxe
La vitesse est l'élément central de l'actualité automobile en France cette semaine, suite à la publication des chiffres "encourageants" de la mortalité routière du premier semestre 2013 et de la baisse de limitation de vitesse "inéluctable" selon le ministre de l'Intérieur, Manuel Valls.


Solution permettant d'éviter les excès de vitesse et d'accroître le confort de conduite sur longs trajets, les limiteurs et régulateurs de vitesse sont au centre d'une étude du Centre d'investigations neurocognitives et neurophysiologiques (Ci2N) de l'université de Strasbourg, publiée ce vendredi 12 juillet par la Fondation Vinci Autoroutes.


Plus de somnolence, moins de vigilance
En cas d'utilisation du régulateur de vitesse, l'étude a remarque "une diminution plus prononcée du niveau d'éveil dès 30 minutes de conduite, en particulier chez les jeunes conducteurs". Après 1 heure de conduite, la somnolence augmente de 25%, et de 16% avec un limiteur.


Améliorant le confort, les équipements génèrent également une vigilance plus faible, l'étude affirmant que le temps de réaction est "allongé en moyenne de plus d'1 seconde", soit un freinage plus long de 40 mètres à 130 km/h.


Comportement plus aléatoire
Autres constats de l'étude, lors de l'utilisation des équipements, "les distances de sécurité vis-à-vis des véhicules dépassés diminuent en moyenne de 5% avant le déboîtement et de 10% (soit environ 4 mètres) au moment du rabattement", soit un risque accru d'accident.


Le Ci2N continue en affirmant que les dispositifs amènent "une maîtrise plus aléatoire de la trajectoire rectiligne". En détails, un conducteur réalignerait moins souvent son véhicule (-25%), les amplitudes latérales augmentant de 22% avec limiteur et de 33% avec régulateur.


Conseils
Bernadette Moreau, de la Fondation Vinci Autoroutes, déclare que les régulateurs et limiteurs "ne doivent pas être utilisés de façon systématique, mais à bon escient, en respectant certaines précautions".


André Dufour, directeur de l'étude, conseille de "désactiver le régulateur lorsque le trafic est dense, ou à l'approche de zones spécifiquement signalées, telles que les zones de travaux ou les péages".