F1 2014 - Bilan : Triste fin pour Marussia

Voir le site Automoto

Japon 2014. Sur une piste de Suzuka devenue impraticable, Sutil part à la faute. Une grue se dirige vers la Sauber mais 2 minutes plus tard, Jules Bianchi s'encastre sous l'engin de dégagement.
Par Loïc CHENEVAS-PAULE|Ecrit pour TF1|2014-12-17T16:56:00.000Z, mis à jour 2014-12-17T17:14:27.000Z

Automoto.fr poursuit son bilan de la saison 2014 de Formule 1 et s'attaque aujourd'hui à Marussia, 9e au classement des constructeurs, qui finit tristement son aventure dans la catégorie reine du sport automobile avec une liquidation judiciaire et le terrible accident de son talentueux pilote français Jules Bianchi.

Sur un plan strictement comptable, l'année 2014 de Formule 1 constitue sans aucun doute la meilleure saison de Marussia dans l'élite du sport automobile avec une 9e place au classement des constructeurs. Malheureusement, elle est aussi synonyme de fin pour l'écurie russe, placée en liquidation judiciaire il y a plus d'un mois avant de voir tout son matériel mis aux enchères ce mardi 16 décembre. Une triste sortie éclipsée par le tragique accident du Français Jules Bianchi survenu le 5 octobre dernier lors du Grand Prix du Japon.

>> Les 19 podiums de la saison 2014 de Formule 1 en images

Des débuts prometteurs
Pouvant être qualifiée de paradoxale, la saison du team anciennement dirigé par le Britannique John Booth était prometteuse sur le papier au mois de mars dernier. Avec la nouvelle réglementation impliquant l'apparition des V6 turbo hybrides, l'équipe basée à Banbury (Angleterre) avait une belle carte à jouer pour devancer à la régulière des adversaires en perdition comme Lotus, Sauber et Caterham.

Libéré de son étiquette de dernier de la classe, Marussia a cependant connu des premiers Grand-Prix difficiles, marqués par des soucis de fiabilité, Mais c'était trop peu pour atteindre le moral des troupes, emmenées par un irrésistible Jules Bianchi. Hors de portée la saison dernière, les points semblaient plus accessibles que jamais, même si les circonstances de course se devaient d'être extrêmement favorables (Marussia n'est pas devenu Ferrari ou Red Bull en l'espace de trois mois). Compte tenu de son tortueux tracé, Monaco constituait le décor idéal pour scorer et l'écurie russe n'a pas loupé cette opportunité... malgré une course où tout est allé de travers !

Héroïque Bianchi
Comme dirait l'autre, "la chance sourit souvent aux audacieux". Une qualité qui a transporté Bianchi pendant 78 tours dans les rues de la Principauté. Sous le coup de deux pénalités, le Français a arraché une brillante 9e place, décrochant les deux premiers points de sa jeune carrière et de son équipe. Son dépassement osé sur le Japonais Kamui Kobayashi (Caterham) restera d'ailleurs l'une des images fortes de la saison.

Sur sa lancée, le Niçois a porté Marussia sur ses épaules comme un vrai leader, qualifiant sa mouture en Q2 en Grande-Bretagne puis en Belgique. Deux circuits de grands garçons. Malheureusement pour lui, la MR03 n'a pas été à la hauteur de son immense talent le dimanche, l'empêchant de viser mieux que des places d'honneur.

Régulièrement envoyé par les spécialistes chez Ferrari (dont il fait partie via l'Académie des jeunes pilotes) pour redonner une nouvelle âme à une Scuderia en perdition, Bianchi avait un chemin tout tracé pour briller dans la catégorie reine du sport automobile. Mais le Grand Prix du Japon a brisé cet élan.

Un accident terrible à Suzuka
Sur la piste humide de Suzuka, le Niçois parvient à déjouer tous les pièges pendant 41 tours, tel un équilibriste. Le 42e passage sera celui de trop. Alors qu'une dépanneuse est de sortie pour évacuer la Sauber d'Adrian Sutil, accidentée un tour plus tôt, le Niçois de 25 ans perd le contrôle de sa monoplace pour venir s'encastrer sous l'engin. Inconscient et gravement blessé, le pilote français est rapidement pris en charge par l'équipe médicale avant d'être plongé dans un coma artificiel et opéré d'un hématome à la tête. Le diagnostic ne tarde pas à tomber : il souffre d'une lésion axonale diffuse au cerveau.

Aujourd'hui, Bianchi est sorti du coma artificiel et a été rapatrié au CHU de Nice le 19 novembre dernier. Son état reste toujours critique mais stable et les pensées les plus positives ne cessent de se succéder à l'égard de celui qui a décroché une belle 17e place au championnat compte tenu de son matériel limité.

Haas intéressé par le matériel de Marussia ?
Frappé de plein fouet par cette tragédie, Marussia n'a pas vu le destin lui sourire pour pouvoir se sauver. Malgré une présence lors de son Grand Prix à domicile sur le nouveau tracé de Sotchi en Russie, le team a été placé sous liquidation judiciaire le 7 novembre dernier, l'argent apporté par Max Chilton, 21e du championnat avec zéro point, n'ayant pas suffi.

Une triste fin pour une jeune équipe qui avait tenté l'aventure F1 en 2010, époque où elle s'appelait encore Virgin, mais qui pourrait renaître de ses cendres, en partie, à partir de 2016. Son matériel mis aux enchères depuis ce mardi 16 décembre intéresse fortement Haas, qui souhaite intégrer l'élite du sport automobile dans un an.