F1 2014 - Bilan : Williams, l'heure du renouveau

Voir le site Automoto

Le Brésilien Felipe Massa et le Finlandais Valtteri Bottas, tous les deux sur le podium d'Abu Dhabi, ont largement contribué au renouveau de Williams en cette saison 2014 de F1.
Par Loïc CHENEVAS-PAULE|Ecrit pour TF1|2014-12-08T17:17:00.000Z, mis à jour 2014-12-08T18:14:30.000Z

La rédaction d'Automoto.fr poursuit son bilan de la saison 2014 de Formule 1 en évoquant ce lundi 8 décembre le renouveau de Williams, troisième au classement des constructeurs après une année 2013 extrêmement délicate. Un résultat que l'équipe de Grove doit au moteur Mercedes et à ses deux pilotes, Valtteri Bottas et Felipe Massa.

C'est ce que l'on appelle une vraie renaissance. Au bord du gouffre fin 2013 avec une piteuse 9e place au classement des constructeurs, Williams a retrouvé des couleurs en 2014 en décrochant haut la main le 3e rang dans une hiérarchie mondiale bousculée par la nouvelle réglementation. Une performance que l'écurie doit en grande partie à son moteur Mercedes, sans oublier les nombreux podiums décrochés par son nouveau "Finlandais volant", Valtteri Bottas et les gros points empochés par Felipe Massa.

>> Les 19 podiums de la saison 2014 de Formule 1 en images

Une restructuration réussie
Comme dans toute structure en quête permanente de réussite, il faut parfois savoir raser une majeure partie de ses fondations pour relancer une machine qui s'est enrayée. Williams a parfaitement intégré cette philosophie en installant Pat Symonds (ingénieur brillant malheureusement impliqué dans le "Crashgate de Singapour") à la tête de son départ technique en juillet 2013. L'arrivée du moteur Mercedes a consolidé les nouvelles bases de l'écurie britannique qui a démontré qu'il fallait compter avec elle dès les essais hivernaux.

Vêtue de sa livrée Martini Racing, l'équipe du grand Sir Frank, aujourd'hui dirigée par sa fille Claire, a cependant mis du temps à exploiter tout son potentiel, la faute à une malchance assez tenace (crevaison de Bottas en Australie, accrochage avec Perez pour Massa au Canada) mais aussi à une gestion de la course trop hasardeuse à certains moments cruciaux (changements de pneus loupés en Chine et au Canada). Il a fallu attendre le Grand Prix d'Autriche, huitième manche de la saison, pour voir le team anglais décrocher - enfin - son premier podium de l'année. Et encore, il pouvait viser mieux.

Bottas, le nouveau "Finlandais volant"
Monopolisant la première ligne de la grille de départ devant les intouchables Mercedes (seule et unique fois de l'année que l'écurie à l'étoile germanique a été battue pour l'obtention de la pole position), Massa et Bottas ont dû s'incliner face à Nico Rosberg et Lewis Hamilton à cause d'une stratégie moins efficace que leurs rivaux et d'un rythme en course pas assez performant au moment où il fallait répondre présent. Il ne fait aucun doute qu'avec un Fernando Alonso au volant, l'écurie de Grove aurait pu espérer mieux qu'une 3e et 4e places sur le Red Bull Ring.

Mais si elle ne dispose pas encore d'un cador, Williams peut compter sur un futur champion en devenir en la personne de Valtteri Bottas. Le Finlandais au numéro 77 (comme ses deux TT) a clairement démontré qu'il était l'une des étoiles montantes dans la galaxie F1 en décrochant brillamment six podiums qui l'ont emmené à la 4e place du championnat, devant Sebastian Vettel et Fernando Alonso, entre autres. Une régularité qui a parfois manqué à son expérimenté mais malchanceux équipier brésilien, Felipe Massa.

Jouer la gagne en 2015
Toujours très véloce sur un tour, le natif de Sao Paulo a prouvé qu'il était plus qu'un simple faire-valoir, poste dont il s'accommodait avec diplomatie chez Ferrari aux côtés d'Alonso. Souvent impliqué dans les mauvais coups contre son gré, le vice-champion du monde 2008 a signé trois podiums, dont un chargé en émotion devant son public, et a décroché une solide 7e place au classement final.

En 2015, Williams ne pourra se plus cacher. Fort heureusement, le team britannique a de l'ambition et compte bien renouer avec le succès qui le fuit depuis le Grand Prix d'Espagne 2012, remporte par Pastor Maldonado à l'époque.

Cela étant, attention à ne pas trop en vouloir. Bottas n'entamera que sa troisième saison en Formule 1 et Massa est un très bon pilote mais pas une pointure comme peut l'être un Alonso ou un Hamilton. Le duo de l'écurie de Grove est très équilibré mais devra être plus consistant sur l'ensemble de la saison pour espérer jouer la gagne. Et sans doute un peu plus.