F1 2015 : Le point sur les transferts

Voir le site Automoto

Sebastian Vettel, Fernando Alonso et Jenson Button, trois champions du monde qui ont animé et continue d'occuper toute l'attention du marché des transferts 2014-2015.
Par Loïc CHENEVAS-PAULE|Ecrit pour TF1|2014-11-26T10:35:00.000Z, mis à jour 2014-11-26T11:44:22.000Z

Cette année, le marche des transferts a longtemps tenu en haleine tout le "petit monde" de la Formule 1, connaissant son apogée avec le départ de Sebastian Vettel de chez Red Bull pour rejoindre Ferrari et remplacer Fernando Alonso, tout proche de McLaren. Ce mercredi 26 novembre, Automoto.fr fait le point avec vous pour y voir plus clair sur les derniers mouvements à venir.

C'est officiel
Mercedes avec Hamilton et Rosberg : On ne change pas une équipe qui gagne. Malgré les tensions inhérentes à une bataille entre deux pilotes de haut niveau pour un titre de champion du monde, la firme à l'étoile a confiance en son duo qui a presque tout gagné cette saison. Avec ses 11 succès en 2014, Lewis Hamilton a montré toute sa classe au volant d'une machine qui lui a souvent fait défaut en termes de fiabilité et dispose d'un contrat le liant à Mercedes jusqu'en 2015. Il ne fait aucun doute que le Britannique prolongera son bail avec une belle augmentation salariale à la clé.

Quant à Nico Rosberg, son avenir s'est bouclé très tôt dans la saison. Présent chez les teutons depuis 2010, l'Allemand, qui s'est imposé à cinq reprises en 2014 pour dix pole positions, a été reconduit juste avant son Grand Prix à domicile, qu'il a brillamment remporté, et est lié au team de Toto Wolff jusqu'en 2017.

>> Lewis Hamilton, le sacre du double champion de F1 en photos

Nice moment as Lewis Hamilton and Nico Rosberg hug in the pre-podium room. Reaction here: http://t.co/StwjMHgWkA pic.twitter.com/LhZGx8kStJ

— BBCF1 (@bbcf1) 23 Novembre 2014

Red Bull avec Ricciardo et Kvyat : Cette saison 2014 de Formule 1 est synonyme de fin de cycle pour l'écurie autrichienne. Depuis 2010, le team dirigé par Christian Horner a tout raflé, emmené par un grand champion en la personne de Sebastian Vettel, avant de subir une chute de performance, la faute notamment à un moteur Renault pas toujours à la hauteur face à la toute-puissance de Mercedes. Conséquences : le quadruple champion du monde allemand s'est noyé, sans doute démotivé après quatre ans riche en succès, et c'est finalement le nouveau venu, Daniel Ricciardo, qui a porté son équipe jusqu'à la deuxième place du championnat des constructeurs.

En remportant trois victoires aussi somptueuses les unes que les autres, l'Australien a démontré qu'il avait les épaules pour succéder à son désormais ex-coéquipier allemand qui rejoindra la Scuderia Ferrari en 2015. Ricciardo est lié à Red Bull jusqu'en 2016 et verra à ses côtés le jeune Russe Daniil Kvyat, 20 ans et promu après une seule saison - seulement - passée chez Toro Rosso.

I'm looking massively forward to the next season with @redbullracing !

— Daniil Kvyat (@Dany_Kvyat) 23 Novembre 2014

Williams avec Bottas et Massa : 2014 rime avec résurrection pour l'écurie basée à Grove (Grande-Bretagne). Seulement 9e du championnat des constructeurs en 2013, l'équipe de Claire Williams, fille du grand Sir Frank, a terminé à la 3e place du classement cette année, devant les historiques Ferrari et McLaren qui n'ont rien eu de grand cette saison. Avec ses six podiums pour sa deuxième année dans l'élite du sport automobile, Valtteri Bottas a démontré tout son potentiel entraperçu la saison dernière, notamment avec sa 3e position sur la grille de départ lors du Grand Prix du Canada.

En 2014, le 4e homme du plateau a dominé son expérimenté coéquipier, le Brésilien Felipe Massa, qui sort d'un calvaire long de quatre ans au sein de la Scuderia Ferrari, dans l'ombre de Fernando Alonso. Le natif de Sao Paulo a tout de même signé trois podiums et son apport technique, ainsi que sa pointe de vitesse en qualifications, font l'affaire pour Williams qui vise la victoire en 2015. Une étape qu'elle espère franchir avec ses deux pilotes qui ont tous les deux été prolongés pour la saison prochaine.

Ferrari avec Vettel et Räikkönen : Une vraie révolution de palais. Après avoir débarqué Stefano Domenicali en début de saison, la Rossa s'est ensuite séparée de son président emblématique, Luca di Montezemolo, avant de lâcher de façon peu orthodoxe son pilote vedette, Fernando Alonso. Le double champion du monde espagnol a pourtant été l'assurance vie de la Scuderia pendant cinq ans mais ses relations avec le nouveau et désormais ex-patron de l'équipe, Marco Mattiacci, n'ont jamais été au beau fixe. L'As des Asturies a fait le boulot en amenant les Rouges à la quatrième place du championnat, pas aidé par une monoplace qui ressemblait plus à une FIAT 500 volée sur un parking à Maranello.

A ses côtés, le champion du monde 2007 Kimi Räikkönen n'a guère brillé, sans doute lui aussi désabusé par une équipe qui n'a pas signé la moindre victoire dans l'élite de l'automobile cette année, une première depuis 1993 ! En 2015, le Finlandais sera toujours là et aura comme coéquipier son ami Sebastian Vettel, qui a signé pour trois ans.

Déjà au travail Sebastian Vettel. pic.twitter.com/cpojvyJpjw

— Loïc #13 (@lo_131) 25 Novembre 2014

Force India avec Hülkenberg et Perez : Habitué à jouer les trouble-fêtes, le team indien a une nouvelle fois fait honneur à sa réputation cette saison. Malgré une fin d'année 2014 en dents de scie, l'équipe de Vijay Mallya a signé un podium à Bahrein grâce à son fougueux Mexicain Sergio Perez tout en assurant de gros points avec son métronome Nico Hülkenberg. L'Allemand est une vraie valeur montante de la Formule 1 et mériterait certainement un baquet plus huppé. Mais faute d'opportunités, ce dernier devra se contenter d'une saison supplémentaire chez Force India, qui exploite à merveille le moteur Mercedes. Perez a lui aussi été reconduit, malgré son inconstance, signant un bail de "plusieurs années".

Lotus avec Grosjean et Maldonado : C'est LA grosse déception de l'année. Véritable outsider en 2012, candidat déclaré à la victoire en 2013, l'équipe basée à Enstone s'est écroulée avec la nouvelle réglementation des V6 turbo. La voiture est devenue un vrai monstre mécanique, incapable de jouer les points à la régulière. De son propre aveu, Romain Grosjean se languit la saison prochaine et ça tombe bien : le moteur Mercedes équipera la Lotus, ce qui devrait ramener Lotus au premier plan. Faute d'options meilleures, le Français a prolongé son aventure avec le team britannique et sera toujours l'équipier du Vénézuélien Pastor Maldonado, toujours très bien fourni en oseille.

#F1 season is over. It hasn't come our way but very proud to be part of a team that never gives up. Really looking fwd to 2015 @Lotus_F1Team

— Romain Grosjean (@RGrosjean) 24 Novembre 2014

Sauber avec Ericsson et Nasr : L'argent est le nerf de la guerre et l'écurie suisse l'a bien compris. Le team de Monisha Kaltenborn a vécu la pire saison de son histoire en ne marquant aucun point depuis l'année de sa création en 1993 et se trouve dans une situation financière extrêmement délicate. C'est pourquoi l'équipe helvète a choisi Marcus Ericsson et Felipe Nasr qui constituent de véritables apports financiers, au détriment d'Adrian Sutil et Esteban Gutierrez, qui ne sont pas franchement des foudres de guerre. Les temps sont durs...

C'est dans les tuyaux
McLaren avec Alonso et Magnussen : C'est sans aucun doute la plus grosse attraction de cette fin de saison, et ce pour de multiples raisons. Après deux ans de calvaire, la mythique équipe basée à Woking est déterminée à revenir au sommet et s'en donne les moyens. D'abord en changeant de moteur. Exit le bloc Mercedes, bienvenue à la nouvelle et prometteuse unité de puissance Honda. Un projet ambitieux qui nécessite une pointure pour être mené à bien. Et qui de mieux que le meilleur du plateau pour mener la barque ? Lâché par Ferrari pour quelques millions d'euros et usé après cinq années où il a porté une petite Scuderia sur ses larges épaules, Fernando Alonso s'apprête à faire son retour chez McLaren.

Le double champion du monde espagnol devrait officiellement rejoindre l'écurie britannique début décembre. Reste à savoir qui sera là pour l'accompagner. Au regard de sa saison, Jenson Button, champion du monde en 2009, mériterait d'être de la partie, lui qui n'a eu de cesse d'être présent pour assurer les gros points au moment où il le fallait. Mais pour les dirigeants du team anglais, l'avenir est la priorité et c'est Kévin Magnussen qui tiendrait la corde pour être prolongé. Le Danois a réalisé un premier exercice intéressant dans l'élite pour une première saison mais n'a pas encore cet instinct de tueur, à l'image d'un Daniel Ricciardo ou d'un Valtteri Bottas, pour faire la différence dans les moments clés.

Past year. I'm not done yet!! There's still so much I want to achieve in this sport 👍 #JB22 #Bringtheaction

— Jenson Button (@JensonButton) 24 Novembre 2014

Toro Rosso avec Verstappen et Sainz Jr : On ne va pas se mentir : le probable duo aligné par le "Red Bull Junior Team" nous laisse sceptique pour l'instant. A seulement 17 ans, Max Verstappen, le fils de Jos, ancien pilote de Formule 1, va devenir le plus jeune pilote de l'histoire de la discipline. Véloce lors de ses séances d'essais, le Néerlandais est prometteur mais l'expérience d'un pilote solide ne serait pas de refus pour l'épauler. Le Français Jean-Eric Vergne a le profil idéal, de l'aveu même du patron de l'équipe, Franz Tost, mais le Docteur Helmut Marko, qui gère la filière des jeunes pilotes Red Bull, ne l'entend pas de cette oreille. Le champion de Formule Renault 3.5 Carlos Sainz Junior (20 ans) est en pole position pour le second baquet chez Toro Rosso et participe actuellement aux essais de fin de saison avec l'écurie mère autrichienne. Alex Lynn (21 ans), nouveau champion de GP3, est également en lice.

L'inconnue Caterham
Malgré ses nombreux déboires financiers, l'équipe britannique poursuit son combat pour ne pas subir le même sort que sa rivale russe Marussia. Aujourd'hui dirigée par Finbarr O'Conell, administrateur adjoint de Caterham Sports Limited, le team de Leafield a participé au dernier Grand Prix de l'année grâce à une opération de levée de fonds participative et poursuit sur sa lancée en s'alignant aux essais de fin de saison à Abu Dhabi qui se terminent ce mercredi. L'écurie aux couleurs vertes espère toujours retrouver un repreneur pour rester dans la catégorie reine du sport automobile en 2015. L'espoir est mince mais rien n'est joué d'avance dans le milieu tortueux de la Formule 1.