F1 2016 : Renault fait son retour en rachetant Lotus

Voir le site Automoto

Kubica (Renault) GP F1 Monaco 2010
Par Matthieu LAURAUX|Ecrit pour TF1|2015-12-04T09:21:09.023Z, mis à jour 2015-12-04T13:29:09.060Z

Après 9 mois de pourparlers, l’accord a enfin été pris par Renault de reprendre l’écurie Lotus pour réaliser son retour en Formule 1 lors de la saison 2016.

Après 5 saisons d’absence en tant qu’écurie, Renault fera son retour en F1 dès l’an prochain.

Automoto essaie la F1 1979 de René Arnoux : 

1 an de négociation

Tout a démarré dès le mois de mars, alors que la saison 2015 avait tout juste démarré. Renault lorgnait sur l’écurie Lotus F1 Team avec qui le constructeur a discuté et négocié. Après une annonce promise au GP de Monaco, puis de nouvelle rumeur en août, une première officialisation nous était donnée en septembre sous la forme d’une<em>"lettre d’intention de rachat".</em>

Enfin, oui enfin, l’accord tant espéré a été signé mercredi 3 décembre au soir, après avoir très probablement réglé le point des droits financiers accordés par la FOM auprès du grand argentier Bernie Ecclestone. « Les derniers éléments obtenus de la part des principaux acteurs de la F1 nous permettent de nous  projeter avec confiance dans ce nouveau défi » a déclaré le PDG Carlos Ghoss. "Notre ambition est de gagner même si raisonnablement cela prendra du temps" confie le dirigeant au Figaro, ajoutant que Renault F1 Team mettra "3 ans pour être compétitif".

Un retour rapide et un passé glorieux

La signature du rachat de Lotus par Renault possède un arrière-goût de retour en arrière. En effet, la firme au losange avait cédé son écurie de F1 en 2011 au profit de Genii Capital en la rebaptisant seulement Lotus en 2012, tout en continuant de construire des moteurs, champions avec Red Bull entre 2010 et 2013.

Renault a démarré sa carrière en F1 en 1977
, prenant sa première victoire en 1979 et culminé en 1983 avec une place de vice-champion du monde constructeur avec Alain Prost et Eddie Cheever. Devenu simple motoriste en 1985 et 1986, le Losange se retire pendant deux saisons et revient avec des moteurs entre 1989 et 1997 sur Williams, Ligier et Benetton. En 2000, Renault rachète Benetton mais n’apposera son nom qu’à partir de 2002, et grimpera jusqu’à deux titres constructeurs F1 en 2005 et 2006 avec Fernando Alonso et Giancarlo Fisichella.


Quel moteur et pilotes ?

Malgré le drapeau français flottant de nouveau sur le QG d’Enstone (Royaume-Uni), les pilotes ne seront pas originaires de l’hexagone. Les titulaires avaient déjà été signés cet automne : le Vénézuélien Pastor Maldonado prolongeant son contrat, et la nouvelle recrue britannique Jolyon Palmer ayant déjà couru en essais libres, remplaçant Romain Grosjean parti chez Haas F1 Team

Quant au moteur, rien n’a été précisé dans le communiqué de presse. Actuellement, Lotus dispose de blocs Mercedes, le constructeur allemand devenant un rival de Renault. Plusieurs solutions sont ainsi possibles : continuer tel quel sous le nom Renault avec moteur Mercedes, rebaptiser le moteur Mercedes (comme se fera chez Red Bull avec le moteur Renault rebadgé Tag Heuer), ou plus radical et improbable, reprendre le moteur Renault alors que la monoplace de 2016 a déjà commencé son développement.


En série, plus de sportives et d’hybrides ?

Outre la compétition, Renault a ajouté que cet engagement permettrait "d’accélérer le développement des innovations et de la gamme sportive" en précisant vouloir "développer la gamme R.S. en renforçant ses investissements afin d’être présent sur tous les continents avec des véhicules adaptés sur davantage de segments." Verra-t-on ainsi très rapidement la nouvelle Mégane R.S., un Captur dynamique voire une Talisman sportive ? En tous cas, Carlos Ghosn a déclaré dans Le Figaro que la gamme verrait "d'autres" modèles que les actuelles Mégane R.S et Clio R.S., une bonne nouvelle !

Autre nouveauté, le constructeur français assure "poursuivre le pontage entre hautes technologies développées pour la Formule 1 et technologies de série en particulier dans les domaines de l’électrification et de l’hybridation". La première Renault hybride diesel avait déjà été annoncée en 2017 (la Mégane), et va donc associer davantage moteurs thermiques et électriques dans ses futurs modèles.

En tous cas, Renault F1 Team donne rendez-vous le week-end du 20 mars pour le premier Grand Prix de Formule 1 2016.