Dans l'actualité récente

F1 : A quel point les monoplaces de 2017 sont-elles plus rapides ?

Voir le site Automoto

Kimi Räikkönen Ferrari F1 Essais Barcelone 2017
Par Matthieu LAURAUX|Ecrit pour TF1|2017-03-15T10:30:21.941Z, mis à jour 2017-03-15T15:55:51.374Z

Annoncées bien plus véloces cette saison 2017, les nouvelles monoplaces de Formule 1 ont elles respecté leurs promesses ? Réponse avec une vidéo officielle de la compétition au termes des essais de Barcelone, et un résultat sans appel.

Avec sa nouvelle réglementation, la Formule 1 modifie considérablement les monoplaces de la saison 2017. Mais dans quelle mesure ? Réponse avec une vidéo simple mais efficace.

3,4 secondes !

Le 13 mars 2017, le site officiel de la Formule 1 a diffusé une vidéo de deux vidéos embarquées sur le circuit de Catalunya (Montmelo, près de Barcelone) mises côte à côte : celle de la pole position de Lewis Hamilton au Grand Prix d’Espagne en 2016 sur sa Mercedes championne et celle du temps de référence des essais de pré-saison 2017 par Kimi Räikkönen sur la nouvelle Ferrari SF70H.

Les deux monoplaces passent la ligne de départ exactement en même temps pour couvrir les 4,65 kilomètres du tracé. Si en ligne droite et dans l’enchaînement des deux premières courbes la différence est infime, le long droite à fond donne une sérieuse avance à la Ferrari 2017, et les écarts semblent se creuser dans les prises de virages


Au final, au passage de la ligne d’arrivée, le pilote Finlandais est 3,366 secondes plus rapide que le Britannique, un gouffre en F1 ! Pour rappel, le meilleur chrono de l’histoire du circuit était réalisé par Räikkonen lui-même en 2008 en 1’21’’670, soit 3 secondes plus lent qu’aujourd’hui. Et la pole de cette année pourrait encore augmenter cette différence séparant les monoplaces de 2016 et 2017, si les conditions s’y révèlent idéales.

Merci les gros pneus !

Le site ne le précise pas autour de la vidéo, mais l’explication tient dans l’adhérence très supérieure des nouvelles voitures, due aux pneus plus larges (+60 mm à l’avant et +80 mm à l’arrière). La stabilité à haute vitesse a également progressé du fait du retour des ailerons “dorsales” ou “de requin” bannis fin 2008, et de l’apparition de ceux d’un nouveau genre “T-Wing” sur la Ferrari justement, mais aussi Haas, Williams, ainsi que sous une forme spécifique à montant dédié et double étage sur la Mercedes.

Les moteurs retravaillés - + de 1.000 chevaux selon les rumeurs - auraient également permis d’améliorer davantage les performances, mais d’une manière beaucoup moins visible et restant à améliorer et fiabiliser au fil des premiers Grands Prix.

Les différences esthétiques entre les F1 de 2016 et 2017


F1 Design 2017

Quid du spectacle ?

Les détracteurs accusant de rabaisser les performances des F1 à l’introduction des moteurs hybrides turbo en 2014 sont désormais ravis, mais il restera à savoir si le spectacle sera au rendez-vous lors de cette saison. 

Des inquiétudes ont été émises par plusieurs pilotes sur leurs difficultés de dépassement, en rupture avec les propos donnés avant les premiers roulages. En cause, une instabilité accrue derrière un concurrent, résultant de l'appui aérodynamique considérablement plus élevé (+15 mm en largeur pour l'aileron avant, +20 mm pour l'aileron arrière), mais aussi des pneus. 

"J'étais derrière plusieurs voiture ici [à Montmelo] et c'était difficile de suivre" racontait Lewis Hamilton au site Motorsport le 27 février, "les pneus sont si durs qu'ils ne s'écroulent pas, ils continue de rouler, de rouler, de rouler... Donc probablement nous devrions avoir plus de courses à un arrêt et du fait qu'il n'y ait pas de dégradation, moins d'erreurs et moins de dépassements. C'est ma prédiction, je peux me tromper, nous verrons."

Réponse à l'inauguration de cette saison de Formule 1 au Grand Prix d’Australie à Melbourne dont le départ sera donné le 26 mars prochain.