F1 : Alfa Romeo de retour ?

Voir le site Automoto

Alfa Romeo
Par Florent REYNE|Ecrit pour TF1|2015-12-16T12:04:38.858Z, mis à jour 2015-12-16T12:04:39.804Z

Coup de tonnerre ou coup de vieux dans le monde du sport automobile, le PDG de Fiat Chrysler Automobiles et de Ferrari, Sergio Marchionne, a évoqué un possible retour d'Alfa Romeo en F1.

La dernière fois qu’Alfa Romeo a gagné une course automobile en F1, John Lennon était encore vivant.

F1 : Premiers jours de Sebastian Vettel chez Ferrari à Fiorano


« Alfa Romeo dans le coeur des gens »

Sergio Marchionne, le patron de Fiat Chrysler Automobiles qui détient, entre autres, Ferrari, a évoqué un probable retour d'une autre marque italienne de FCA, Alfa Romeo, en Formule 1. Lors de la conférence de presse à Maranello, le grand patron de la Scuderia a rappelé que « la marque Alfa Romeo est restée dans le coeur des gens. C'est justement pour cela que nous sommes en train d'envisager son retour, comme compétiteur, en Formule 1. C'est important qu'Alfa Romeo puisse revenir, cela fera un concurrent en plus. »

L’hypothèse la plus probable serait l’arrêt d’ici quelques années de l’écurie Haas en faveur d’une écurie Alfa Romeo, qui a, il est vrai plus de mérite par son histoire de (re)vivre des compétitions en Formule 1. 

Alfa Romeo et la F1 : une vieille histoire d’amour

Lorsque la F1 sort de l’œuf, l'Italien Giuseppe "Nino" Farina et l'Argentin Juan Manuel Fangio s'illustrent au volant de l'Alfa 158 et 159 et remportent les premiers titres de Grand Prix en 1950 et 1951. Quelques années d’accalmies s’en suivent, la marque italienne fournit des moteurs dans les années 1960 et 1970, avant de revenir en F1 comme constructeur en 1979 puis de se retirer fin 1985. L'année suivante, la marque était rachetée par Fiat.


Au total, elle a disputé 110 courses en F1 et remporté 11 victoires. Bien avant, dans les années 20, un pilote italien obtient la plus belle victoire de sa carrière, en remportant la coupe Acerbo de Pescara au volant d’une Alfa Romeo RL, en battant les puissantes Mercedes, c’était un certain Enzo Ferrari. 

Plein Phare : Enzo Ferrari, le "Commendatore"